×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Le tourisme mondial en verve

    Par L'Economiste | Edition N°:2161 Le 30/11/2005 | Partager

    . 800 millions d’arrivées d’ici à fin 2005. Le Maroc, la Tunisie et l’Afrique du Sud raflent la moitié des recettes en AfriqueLe tourisme international est en forte hausse, avec 800 millions d’arrivées prévues en 2005, au profit notamment des pays en développement, a annoncé lundi 28 novembre l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), à l’ouverture de son assemblée générale à Dakar. Selon le secrétaire général de l’institution spécialisée de l’Onu, Francesco Frangialli, «les 800 millions d’arrivées internationales devraient être atteints d’ici la fin de l’année», à comparer avec 763 millions en 2004, soit une hausse moyenne de 6,5% depuis 1950, où l’on ne comptait alors que 25 millions d’arrivées. Quant aux recettes, a souligné Frangialli dans son rapport à l’assemblée, «malgré le choc du 11 septembre et les diverses crises de ces dernières années», elles ont augmenté de 11% dans le même temps, soit «près deux fois plus vite que les arrivées et à un rythme bien supérieur à celui de l’économie mondiale dans son ensemble». La croissance a notamment bénéficié aux pays du Sud. «Au cours de la dernière décennie, le rythme de croissance annuel des arrivées de touristes dans les pays en développement a été supérieur à la moyenne mondiale», selon l’OMT. Ils ont enregistré l’an dernier 300 millions d’arrivées et 177 milliards de dollars de recettes, sur un total mondial de 622 milliards de dollars. «Contrairement à une idée reçue, affirme l’OMT, les recettes du tourisme s’avèrent, dans la plupart des pays en voie de développement, beaucoup plus importantes que les fuites sous forme d’importations induites ou de rapatriements de bénéfices», et il est «grand pourvoyeur d’emplois». «Le tourisme, a affirmé Frangialli, est devenu la deuxième source de devises de 46 des 49 pays les moins avancés», le pétrole ne concernant que très peu d’entre eux. «Il compte bien davantage dans leurs exportations que le coton brut ou les textiles», a-t-il souligné, précisant que «les recettes touristiques des PMA ont quintuplé entre 1990 et 2004, passant de 1 à 5 milliards de dollars». Pour l’Afrique, Frangialli a regretté «qu’elle ne capte que 4% des arrivées et 2% des recettes du tourisme international», et que «plus de la moitié se dirigent vers trois pays seulement: l’Afrique du Sud, le Maroc et la Tunisie, laissant une part dérisoire à l’Afrique subsaharienne». Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc