×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Le scoring investit le crédit à la consommation

    Par L'Economiste | Edition N°:272 Le 20/03/1997 | Partager

    Les grilles de score sont adaptées aux crédits aux particuliers. Elles facilitent la prise de décision et permettent le suivi du marché. Après Wafasalaf, d'autres sociétés de financement intègrent le scoring dans leur système informatique.


    Après les banques et les compagnies d'assurances, le crédit scoring fait son entrée dans les sociétés de crédit à la consommation. Wafasalaf est la première société de financement à l'avoir intégré dans son système d'octroi de crédits aux particuliers.
    Il s'agit d'un outil d'aide à l'évaluation du risque des engagements. D'autres projets similaires actuellement en cours dans le secteur seront finalisés en avril.
    Fair Isaac, leader mondial dans le développement des systèmes de gestion des risques, est, par le biais de son partenaire marocain Telesystems, le premier à avoir introduit au Maroc le concept du scoring. Pour l'heure, Telesystems pilote plusieurs projets de mise en place du crédit scoring au sein des banques, des compagnies d'assurances et des sociétés de financement. "Notre mission consiste essentiellement à intégrer la grille de score au système d'information existant de la clientèle, à concevoir les tables de score et à assurer le suivi après l'intégration de la grille", précise M. A. Boumedian, directeur de Tele-systems.
    Le crédit scoring s'appuie sur l'analyse des séries pour apprécier la solvabilité d'un emprunteur. Le recours aux techniques statistiques de traitement de l'information permet de déterminer la corrélation entre les critères retenus et la solvabilité de l'emprunteur.

    Deux types de grilles


    Axées en grande partie sur la clientèle des particuliers, les sociétés de financement sont tenues de répertorier des caractéristiques homogènes pour l'ensemble des emprunteurs.
    Cependant, la technique du crédit scoring aux particuliers peut buter sur des carences en informations ou sur l'absence d'un historique significatif de données statistiques.
    Pour pallier ce risque, Fair Isaac International a élaboré des grilles de scores permettant le traitement automatisé des demandes.
    Deux types de grilles sont à distinguer: les scores d'octroi de crédits et les scores de comportement.
    La première technique est destinée à faciliter la prise de décisions concernant l'octroi de crédits aux nouveaux clients, la seconde s'applique à la clientèle déjà acquise.
    Les grilles de score d'octroi sont adaptées à un portefeuille donné sur la base de critères tels que les caractéristiques géographiques, le comportement des demandeurs et le type de produit financier.
    Elles permettent d'évaluer les risques liés au lancement de nouveaux produits ou à la pénétration d'un nouveau marché lorsque les données historiques sont insuffisantes pour développer une grille de score empirique.
    Les grilles de score de comportement sont, elles, construites à partir de l'analyse de profils complexes d'activité de dépense et de paiement de chaque client. "Il est possible de prévoir la probabilité de défaillance d'un client sur un prêt ou sur l'achat d'un nouveau produit". Si le client utilise plusieurs produits financiers, il est possible d'intégrer dans l'analyse la performance de tous ses comptes et de procéder à la gestion globale de la relation.

    Suivi du portefeuille


    La mise en place des deux outils de scoring dans un système informatique automatisé de traitement de demandes permet à l'institution de disposer d'un système complet de gestion des risques et du suivi du portefeuille.
    La grille de score instaure donc l'automatisation des actions à suivre pour un large éventail de demandeurs. Elle permet cependant de concentrer les efforts sur les clients qui présentent soit le potentiel de revenus, soit les risques les plus élevés.
    Elle paramètre les limites des montants du crédit en fonction du score. Pour un portefeuille donné, la grille combine le score et les paramètres socio-démographiques ainsi que l'historique des paie- ments.
    Ainsi, l'automatisation du traitement des demandes débouche sur le calcul immédiat du score à chaque saisie d'une nouvelle demande. Elle facilite également la production de rapports sur l'ensemble des demandeurs.
    Parmi les avantages de la démarche sont citées la réduction des frais d'acquisition de nouveaux clients, la possibilité d'effectuer un suivi constant de l'évolution du profil des demandeurs et de mesurer l'efficacité des stratégies adoptées.
    Enfin, la société de financement est en mesure de réagir rapidement aux changements du marché en appliquant de nouvelles straté-
    gies.

    Mouna KABLY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc