×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique

Le RNI à la rencontre de l’élite féminine d’Agadir

Par L'Economiste | Edition N°:3362 Le 15/09/2010 | Partager

. La régionalisation au cœur du débat . Le Souss-Massa-Draâ en exemple LE thème de la régionalisation continue d’animer les débats. Le sujet était au cœur d’une rencontre à Agadir entre des représentants du parti du RNI et des membres d’un collectif de femmes actives dans la ville. Simple coïncidence ou sympathie et prémices d’une alliance, ces dernières, soulignons-le, n’étaient pas à leur première rencontre avec le RNI. C’était la deuxième de l’année. Aziz Akhannouch et Salaheddine Mezouar, qui étaient en déplacement dans la ville, ont consacré toute une soirée à ces dames pour expliquer leur vision de la régionalisation avancée. Aziz Akhannouch, pour avoir occupé le poste de président du conseil régional du Souss-Massa-Draâ de 2003 à 2009, en sait long sur la question et pas seulement sur le plan théorique. En effet, dès le début du mandat, sur la base d’une stratégie de développement, préparée par le cabinet McKinsye, le conseil régional a mis en œuvre plusieurs chantiers dans la zone. Infrastructures et équipements, désenclavement, valorisation des produits du terroir, programme de développement de la microentreprise touristique, stratégie culturelle, programmes sectoriels, à travers notamment un pôle de compétitivité de la mer… les chantiers initiés sont bien plus aujourd’hui que des projets sur le papier. Beaucoup de dossiers sont actuellement finalisés et d’autres en bonne voie. Depuis, le conseil régional du Souss-Massa-Draâ est souvent pris pour exemple. Il est même considéré comme une expérience pilote en la matière. La démarche sur le terrain a montré qu’il est important d’agir dans le cadre d’un contrat-programme. Elle a permis aussi d’identifier les limites et les contraintes du concept actuel de régionalisation. Ces freins relèvent particulièrement des moyens financiers alloués à la région. Une contrainte que le conseil régional du Souss-Massa-Draâ a su jusque-là contourner en jouant le rôle de levier dans chaque projet et en associant plusieurs institutions et acteurs économiques aux différents dossiers. Mais les régions ne pourront aller très loin sans plus de moyens. Pour Salaheddine Mezouar, la régionalisation avancée ne peut réussir sans plus d’autonomie financière pour les régions. Mais les moyens financiers ne sont pas les seules contraintes. Le projet, quel que soit son concept, risquerait de buter sans l’implication des élites et sans compétences. «La régionalisation doit se faire dans l’unité et avec ses compétences’’, a souligné Mezouar.De notre correspondante, Malika ALAMI

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc