×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique Internationale

Le répertoire du préservatif chantant

Par L'Economiste | Edition N°:540 Le 30/06/1999 | Partager

· Toutes les chansons y compris le classique
· Les premiers produits vendus à 17 DH
· Des préservatifs parlant pour éduquer les jeunes


Tablant sur les vertus euphorisantes de la musique, un ingénieur allemand retraité de 79 ans a mis au point un préservatif capable de chanter tous les classiques, de la Marche nuptiale à "Love me Tender".
Fabriqué en caoutchouc, il est équipé d'une minuscule puce fonctionnant à l'aide d'une toute petite pile qui s'active sur une simple poussée... Originaire de Dortmund (Ouest), Karlernst Wiegand a eu cette lumineuse idée il y a huit ans lors d'une soirée-grillade avec des amis.
"Après une série de blagues entre nous, nous sommes tous tombés d'accord pour dire que tout se passait mieux avec de la musique, y compris l'amour. Cela m'a laissé songeur. Je me suis installé à mon bureau, j'ai ébauché quelques plans puis envoyé le tout à l'Office des inventions", a-t-il ajouté.
Occupé à d'autres projets, M. Wiegand ne s'est pas occupé tout de suite de la commercialisation de son invention. "Mais mes amis m'ont tanné, me faisant remarquer que j'avais investi pas mal d'argent dans ce projet. Ils ont insisté pour que je trouve des fabricants et des points de vente", a-t-il continué. Comme le brevet est valable dans le monde entier, M. Wiegand devait payer des frais importants chaque année pour le conserver. Rien que pour obtenir un brevet, un inventeur débourse environ 325 Euros (335 Dollars), a précisé un porte-parole de l'Office. Et pour le garder, chaque année il doit payer plus cher, a-t-il ajouté.
En 1997, M. Wiegand, marié à une femme de 21 ans sa cadette, a enfin réussi à trouver une firme pour fabriquer ses préservatifs. "Les différentes parties sont produites en Extrême-Orient, en Hongrie et en République Tchèque, puis assemblées ici en Allemagne", a-t-il expliqué.
La principale tâche de M. Wigand est désormais de trouver un distributeur. "J'ai rendu visite à de nombreux sex-shops dans la région et ils voulaient tous vendre le produit en exclusivité", raconte-t-il. Ils ont alors fixé un prix, compris entre 9 et 12 Euros. Une somme jugée trop élevée par M. Wiegand.
"En ce moment, je les vends moi-même à 1,65 Euro chacun. Mais si je peux trouver un grossiste qui me les prenne à 2,20-2,30 Euros, alors les particuliers pourraient les acheter pour au maximum entre 2,80 et 3 Euros, cela serait raisonnable", a-t-il dit.
Avec 24 modèles de formes différentes -allant de la banane au crocodile en passant par le Père Noël- M. Wiegand veut avant tout faire passer le message que même avec des préservatifs le sexe peut être drôle. "Quand ma fille l'a essayé avec son mari, ils n'ont pas arrêté de rigoler", a-t-il dit.
Mais il veut aussi aider à combattre le sida. A cet effet, il a conçu un préservatif parlant destiné à éduquer les jeunes gens avant leur premier rapport.
Non utilisable, il devrait cependant être inclus dans une boîte de préservatifs normaux. Pour l'instant, le prototype n'est pas encore tout à fait au point: la voix enregistrée grince encore un peu et les mots utilisés sont un peu trop guindés et pudibonds au goût de M. Wiegand. "Il doit encore être mis au goût du jour", estime-t-il. Mais beaucoup de personnes sont intéressées par ce produit, même en dehors de l'Allemagne, a-t-il insisté. Il prévoit d'ailleurs de traduire le message en plusieurs langues.

(AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc