×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Le projet de Mounir Majidi pour le Fus

Par L'Economiste | Edition N°:2732 Le 11/03/2008 | Partager

. L’effort sera concentré sur la formation. D’abord verrouiller le business-planMohamed Mounir Majidi est depuis peu président du Fath union sportive (Fus) de Rabat. Le secrétaire particulier du Souverain, qui s’est entouré d’une équipe de managers de premier plan, a conçu un projet de développement ambitieux pour assurer au Club des ressources pérennes. - L’Economiste : Avec votre projet pour le Fus, nous assistons à une nouvelle génération de clubs. Mais comment allez-vous dépasser les différentes contraintes juridiques et économiques?- Mohamed Mounir Majidi: C’est vrai que nous sommes face à plusieurs contraintes. Nous avons essayé de commencer à nous attacher à l’économique. Mais, d’autres contraintes juridiques persistent puisque le statut de l’association à but sportif comme on le voit ailleurs n’existe pas. La fiscalité sportive n’est pas adaptée. Quand j’ai démarré dans la vie professionnelle, j’avais un patron qui avait une expression selon laquelle, il fallait, de temps en temps, lâcher le tigre et le laisser cavaler. Ceux qui ne courent pas vite se feront manger et les autres arriveront à se débrouiller. Si nous devons attendre de mettre en place le cadre juridique, la fiscalité, le financement, les infrastructures, cela ne viendra jamais. Par moments, il faut savoir plonger. Aujourd’hui, nous sommes en train de penser à des solutions pour le volet économique. Par la suite, nous serons confrontés aux problèmes juridiques, fiscaux,... tout cela sera traité avec notre environnement pour trouver les meilleures solutions.- Est-ce que le projet s’inscrit dans une stratégie nationale?- Sincèrement, je n’ai de leçons à donner à personne. Et donc, il n’y a pas de stratégie nationale. C’est un projet pour le Fus, sur lequel je travaille pour que le club devienne un modèle, avec une gestion moderne, des ressources pérennes, des infrastructures valables et un encadrement de qualité. Le Fus aura une pépinière de premier choix. Donc la majorité des efforts sera concentrée sur la formation. Et le Maroc dispose de jeunes talents d’exception qui ne sont malheureusement pas suffisamment bien formatés. Maintenant, si cette expérience réussit et d’autres s’en inspirent, c’est tant mieux. Mais, mon objectif n’est pas de donner des leçons.- Y a-t-il un calendrier de réalisation du projet?- Pas du tout. Nous sommes un peu débordés par les évènements. Ce qui a été exposé lors de la conférence est un projet qu’il faut affiner et préciser. Par la suite, il s’agira de mettre en place un business plan et veiller à ce qu’il soit bien exécuté. - On vous connaît comme secrétaire particulier du Souverain. Quelle est votre relation avec le football?- Elle est la même que les 30 millions de Marocains qui sont épris de football. J’ai toujours été passionné par ce sport et j’ai toujours suivi les équipes marocaines dans leurs épopées africaines, notamment le Wac, le Raja ou les Far par exemple. Comme la plupart des Marocains, je me suis toujours désolé des déceptions vécues lors de certaines trajectoires de l’équipe nationale. Aujourd’hui, l’opportunité m’est donnée d’apporter mon grain de sel dans ce domaine. Je le fais du mieux possible. Mais pour réussir, on n’a pas besoin d’être un expert de football ou d’athlétisme. Il faut juste avoir des notions gestion, beaucoup de volonté et de la bonne foi.


Deux SA pour le Fus

Mohamed Mounir Majidi veut moderniser le Fus de Rabat en lui donnant les moyens de se restructurer pour avoir des ressources pérennes. Pour cela, il était face à deux options. «La première consiste à demander à la ville ou à l’Etat de donner de l’argent pour la mise à niveau du Club. Dès le départ, l’idée a été écartée, sachant qu’ils avaient d’autres priorités. Notre requête devait rester lettre morte», rappelle- t-il. Pour lui, la deuxième option ne coûte rien à l’Etat ni à la ville. Le terrain est une propriété du Fus, via un bail emphytéotique depuis un demi-siècle. « Nous demandons la régularisation du statut foncier du terrain pour trouver des solutions au développement du Fus », souligne le président du Club. Il est à noter que la mise à niveau du Club a nécessité la création de Fus gestion et Fus développement, deux sociétés anonymes. La première aura pour objectif de gérer les infrastructures du club civil de Rabat. La deuxième servira à mobiliser les ressources pour que le Fus puisse détenir un patrimoine qu’il faudra fructifier. Propos recueillis par Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc