×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique

Le procès de Lmrabet reprend aujourd'hui en appel

Par L'Economiste | Edition N°:1536 Le 10/06/2003 | Partager

. Le Syndicat de la presse demande la libération de Mustapha Alaoui Ali Lmrabat et Mustapha Alaoui, respectivement directeurs de publication de Demain Magasine et Al Ousboue, sont dans une mauvaise passe. Le procès en appel de Lmrabet devrait reprendre aujourd'hui mardi 10 juin à Rabat alors que sa santé semble se dégrader. Il a assisté à la dernière audience dans un fauteuil roulant. D'après son avocat, Me Abderrahim El Jamaï contacté hier lundi, sa santé s'est davantage fragilisée en raison de la grève de la faim qu'il observe depuis le 6 mai. Il en est aujourd'hui mardi 10 juin à son 36e jour.Lmrabet a déjà été condamné à quatre ans de prison fermes et une amende de 20.000 DH. Il est toujours sous surveillance à l'hôpital Avicenne de Rabat. En raison de son état de santé, la défense avait demandé la liberté provisoire. Mais la Cour a rejeté la demande.Mustapha Alaoui, directeur de l'hebdomadaire Al Ousboue, est lui aussi dans la ligne de mire. Interpellé jeudi 5 juin par la police suite à la publication d'une lettre émanant d'une prétendue organisation terroriste revendiquant les attentats de Casablanca, Alaoui a été interrogé «sur les conditions dans lesquelles cette lettre est parvenue à son destinataire et publiée sans que cela ait été porté à la connaissance des autorités judiciaires compétentes, comme l'exige la loi«, avait indiqué le parquet dans un communiqué. Sa famille, contactée, indique qu'il a été transporté samedi 7 juin au centre de réanimation du CHU de Casablanca. Mustapha Alaoui est diabétique et son alimentation nécessite un suivi rigoureux. Rien ne filtre sur son interrogatoire, précise toujours la famille, qui indique que même la rencontre avec l'avocat n'a pas encore été décidée. Elle a pu quand même lui rendre visite dimanche 8 juin. Mais étant sous surveillance, elle “n'a pu le voir qu'à travers les vitres”. “Il semblait avoir repris”, indique toujours un membre de la famille. Dans un communiqué publié hier, le Syndicat national de la presse marocaine (SNPM) a estimé que cette arrestation va à l'encontre du code de la presse. Il a demandé la libération immédiate de Alaoui.Nadia LAMLILI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc