×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Le privé réclame l’accès à l’information publique

    Par L'Economiste | Edition N°:2926 Le 23/12/2008 | Partager

    . Une enquête réalisée auprès de 300 sociétés . Des recommandations pour surmonter les obstaclesAccéder à l’information publique relève du parcours du combattant. 300 entreprises privées, localisées à Casablanca et opérant dans sept secteurs économiques, le révèlent dans le cadre d’une enquête réalisée récemment par CMF-MENA (Center for medias freedom). L’étude s’est basée sur l’utilisation de la technique du questionnaire, au cours des mois de septembre et octobre derniers. Pour Saïd Essoulami, directeur du CMF-MENA et auteur du rapport final, l’enquête, dont les résultats ont été débattus au cours d’une conférence de presse organisée hier, lundi 22 décembre, vise à élargir le plaidoyer en faveur de la loi sur l’accès à l’information.Les conclusions des enquêteurs donnent un aperçu de la manière dont les entreprises privées demandent l’information, les types d’information qu’elles recherchent, les problèmes rencontrés avec l’administration et le jugement qu’elles portent sur ces informations. La capacité de l’entreprise à gérer son propre système de collecte et de traitement de l’information est également analysée. Enfin, les témoignages de hauts cadres de l’administration publique sur la production et la diffusion de l’information par les instances de l’Etat sont également au menu.Ainsi, les entreprises privées pensent à 91% que les informations qu’elles reçoivent des ministères et administrations ne sont pas complètes. 77% estiment que ces informations ne sont pas à jour. Et elles sont 70% à trouver que ces informations ne sont pas utiles.Pour corriger la situation, les entreprises questionnées formulent plusieurs recommandations. Notamment, la publication par les ministères et les administrations sous leur tutelle d’une information pertinente dans leurs sites internet. Ces organismes devraient également mieux organiser l’accès à l’information en faveur des entreprises. Autres propositions des sociétés privées, la formation du personnel administratif chargé de la communication. L’administration publique doit également faire preuve de transparence dans la diffusion de l’information.«L’enquête a démontré que les entreprises marocaines souffrent de nombreux problèmes liés essentiellement à la difficulté d’accès à l’information publique et à la qualité de cette information», conclut Essoulami. Il est primordial pour le développement de l’entreprise marocaine que l’Etat puisse diffuser toute l’information publique fiable et exploitable et ceci ne pourra être possible que par une loi qui garantisse le droit d’accès à l’information. «De plus, il est regrettable que le Maroc n’ait toujours pas adopté cette loi au moment où 88 pays l’ont déjà fait. Parmi eux, un seul pays arabe, la Jordanie», déplore le directeur du CMF-MENA.


    Barrières

    Plusieurs obstacles empêchent les entreprises privées à accéder à l’information. Ainsi, 111 entreprises évoquent «la difficulté à identifier la source administrative de l’information, soit 22% de l’échantillon. 77 entreprises parlent du temps mis pour la transmission de l’information, ce qui représente 15% du panel étudié par le CMF-MENA. Par ailleurs, il arrive que l’information demandée ne soit pas du tout disponible. Cette difficulté a été citée 64 fois par les entreprises sondées.Hassan EL ARIF

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc