×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique Internationale

«Le printemps arabe»
Les régimes qui luttent encore pour perdurer…

Par L'Economiste | Edition N°:3501 Le 05/04/2011 | Partager
En Libye, Saïf Al-Islam propose une transition démocratique
Yémen: Quinze personnes tuées par balles lors d’une marche de contestation
Le gouvernement syrien nomme un nouveau gouverneur à Deraa

Surprise ou fausse alerte en Libye? Mouammar Kadhafi ne lâche pas du lest mais semble chercher une voie diplomatique pour sortir du conflit. Au moment où les forces de la coalition ont décidé de reprendre les frappes aériennes, après des impératifs météorologiques, aucune bombe n’a été larguée par le camp du colonel Libyen. Sur le plan politique, Kadhafi continue à subir le revers des démissions successives de ses collaborateurs. Après le numéro un de la diplomatie, Moussa Koussa, c’est au tour du numéro deux, Ali Triki de faire défection au régime. L’étau se resserre et le clan Kadhafi, de plus en plus isolé, tente de trouver une issue. C’est là qu’intervient l’annonce, pour le moins surprenante, du fils du dirigeant Libyen, Saïf Al-Islam. Ce dernier a proposé lundi de piloter une transition vers une démocratie constitutionnelle. C’est la première fois depuis le début de l’insurrection que la notion de démocratie est évoquée par le clan Kadhafi. Cette annonce évoque alors le retrait du pouvoir du colonel. Au de-là de l’effet de surprise, les rebelles restent lucides et semblent déterminés à ne pas capituler face aux concessions du clan Kadhafi. Ils rejettent catégoriquement le projet de Saïf Al-Islam. Pour le moment, rien ne donne à croire que Mouammar Kadhafi cautionne le « projet démocratique » de son fils. Saïf Al-Islam, issu de l’école occidentale semble « vouloir faire avancer le pays sans son père », une volonté qui vient en contradiction avec la position et les propos qu’il a tenus jusque-là. Les insurgés refusent de cautionner cette situation ambigüe.
Même scénario au Yémen, où les violences contre les manifestants se poursuivent. Les Yéménites continuent de demander le départ du président Ali Abdallah Saleh. Quinze personnes ont été tuées par balles, lundi, lors d’une marche de contestation. Les protestataires avaient atteint le siège du gouverneur où ils ont été accueillis par des salves de tirs de l’armée et des forces de l’ordre. A Sanaa, des militaires ralliés à l’opposition ont protégé les manifestants. Les soldats ont empêché les forces de sécurité d’approcher de la place de l’Université où se tenait la manifestation. Doit-on voir le début de la fin du régime à l’instar du synopsis égyptien? Le contexte montre quelques différences. Les ministres des affaires étrangères des six pays du conseil de Coopération du Golfe (CCG) ont proposé leur médiation dans la nuit du dimanche à lundi. Mais le président Yéménite refuse toujours de capituler.
Dans une toute autre mesure, en Syrie, le gouvernement tente de calmer le mouvement contestataire. Il a annoncé lundi, de nouvelles dispositions pour remplacer la loi d’urgence. Les autorités syriennes commencent par calmer l’épicentre de la contestation en nommant un nouveau gouverneur à Deraa. Mohamed Khaled El Hanousse succède à Fayçal Kalthoum, limogé le 23 mars dernier. «Ce n’est pas un changement de gouverneur que désirent les habitants de Deraa mais que les services de sécurité cessent d’opprimer, que la loi d’urgence soit abolie, que les droits de propriété soient respectés, que les détenus soient libérés et que la liberté d’expression soit assurée», a affirmé un militant des droits de l’Homme.
Encore une fois, les populations ne répondent pas aux mains tendues des régimes contestés, et continuent leur lutte pour le changement.

Houda SIKAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc