×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Le Premier ministre en Afrique subsaharienne

    De notre envoyé spécial à Dakar, Mohamed BENABID

    Par L'Economiste | Edition N°:518 Le 31/05/1999 | Partager

    · Une banque mixte avec le Sénégal
    · Le dossier transport maritime reste en suspens


    M. Abderrahman Youssoufi a achevé dimanche à Dakar la première étape de sa tournée en Afrique de l'Ouest. Le bilan est plutôt satisfaisant pour cette entrée en matière. Les gouvernements marocain et sénégalais ont adopté une série de mesures qui visent le renforcement de la coopération économique et technique entre les deux pays. D'ailleurs, plusieurs accords ont été signés. Outre la création d'une agence de développement mixte, l'on notera, dans le domaine financier, le projet de création d'une banque mixte et l'ouverture d'une ligne de crédit entre les deux pays. Un autre accord a parlé sur le secteur de l'énergie. Il s'agit de permettre à l'ONAREP de procéder à des forages de gaz au Sénégal. Dans le domaine des transports, deux dossiers ont été discutés avec des résultats toutefois différents. Le premier concerne le transport aérien. Le gouvernement marocain a confirmé officiellement le projet d'acquisition par la RAM de 51% du capital d'Air Sénégal.
    Le deuxième dossier porte sur la marine marchande.
    La Maroc a promis d'étudier la demande formulée par la partie sénégalaise, de créer une ligne maritime régulière Casablanca-Dakar. Ce projet avait été évoqué en août 1996, au cours de la visite au Maroc du Président sénégalais. Bien que la Direction marocaine de la Marine Marchande ait rendu publiques des informations précisant l'existence de liaisons maritimes entre le Maroc et le Sénégal, les autorités sénégalaises estiment qu'il s'agit d'un simple aménagement des liaisons maritimes déjà existantes entre l'Europe et l'Afrique. Elles maintiennent leur demande de voir s'établir une ligne maritime ad hoc Maroc-Sénégal. Pour l'heure, les Marocains restent convaincus que la faiblesse du trafic ne justifie pas la création d'une ligne régulière.
    Le volume des échanges commerciaux entre les deux pays reste, il est vrai, très modeste. Les exportations vers le Sénégal ont atteint pour l'année 1997 près de 105 millions de DH, alors que les importations s'élèvent à 20 millions de DH.
    Dans le domaine politique, le dossier du Sahara a naturellement constitué un autre point fort des discussions maroco-sénégalaises. Il s'agirait même du principal dossier de M. Youssoufi au cours de sa tournée en Afrique de l'Ouest.
    Au cours d'une rencontre qui avait réuni samedi les parlementaires des deux pays, la partie sénégalaise s'est dite très sensible à la position marocaine.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc