×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Europe

    Le Portugal en «réanimation financière»

    Par L'Economiste | Edition N°:3504 Le 08/04/2011 | Partager
    Un prêt de 75 milliards d’euros à l’étude
    Réunion des ministres des finances européens le 8 avril

    Le premier ministre portugais, Jose Socrates, a adressé un discours officiel mercredi pour annoncer officiellement la demande d’aide du Portugal

    APRÈS plusieurs mois de résistance, Lisbonne se résigne à demander 75 milliards d’euros à l’Union européenne. Le gouvernement socialiste, démissionnaire depuis le 23 mars dernier, a finalement annoncé mercredi, une demande d’aide financière à la Commission européenne. Le rejet, le mois dernier, de son plan d’austérité par le parlement portugais a provoqué « l’aggravation dramatique » de la situation financière du pays, selon le premier ministre Portugais, Jose Socrates. La situation du Portugal est, d’autant plus complexe que le pays doit rembourser 9 milliards d’euros de dette avant la mi-juin. Le premier ministre portugais a rappelé les récentes dégradations de la note souveraine du Portugal par les agences financières. Ce qui a entraîné un renchérissement du coût des emprunts d’Etat.
    Une mission composée de la Commission européenne et de la Banque centrale européenne devra au préalable être dépêchée sur place dès que la demande du Portugal sera formellement adressée. Depuis le printemps 2010, les conditions d’accès au Mécanisme européen de stabilité financière (MESF) et à la Facilité européenne de stabilité financière (FESF) reposent sur la nécessité d’un programme d’ajustement économique.
    Pour l’heure, la Commission européenne a indiqué que la demande du Portugal sera traitée le plus vite possible. Confiant quant au redressement de la situation économique du pays, José Manuel Barroso a assuré que les règles en vigueur pour l’activation des mécanismes de soutien seraient appliquées à l’instar de la Grèce et l’Irlande.
    Une aide internationale pourrait aussi se mettre en place. Mercredi soir, le Fonds monétaire international avait annoncé qu’il se tenait «prêt» à venir en aide au Portugal.
    Le ministre des finances portugais, Fernando Teixeira dos Santos a cependant affirmé que le gouvernement ne disposait d’aucune légitimité pour négocier un quelconque plan de sauvetage, avant les élections législatives du 5 juin. Les banques portugaises demandent la contraction de prêts intercalaires de 15 milliards d’euros afin d’éviter une rupture de financement avant les élections. L’Etat et les établissements bancaires semblent être en désaccord sur la procédure à adopter. Dans un contexte de crise, les ministres Européens des finances se réunissent vendredi et samedi prochains à Budapest. Les grands argentiers se retrouveront vendredi matin, suivis de toute l’Union européenne dans l’après midi. Au programme de cette réunion: La situation économique de l’Union et la discussion du plan de sauvetage du Portugal.

    Houda SIKAOUI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc