×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Le Nyse pourrait créer une Bourse à Londres

Par L'Economiste | Edition N°:2301 Le 20/06/2006 | Partager

. La place londonienne toujours priséeJohn Thain, le PDG du New York Stock Exchange (Nyse), en cours de fusion avec la Bourse paneuropéenne Euronext, songe à racheter le London Stock Exchange ou à créer une Bourse concurrente à Londres, selon une interview publiée lundi 19 juin dans le Financial Times. Si le nouveau marché transatlantique Nyse/Euronext n’attirait pas suffisamment de nouvelles introductions en Bourse, «il y aurait deux options, la première étant de créer notre propre Bourse à Londres», a déclaré Thain au quotidien britannique. «Je n’exclus pas toutefois l’autre option» qui serait de racheter le LSE, a-t-il ajouté, alors que le premier concurrent américain du Nyse, la Bourse électronique Nasdaq, a récemment acquis 25,1% du capital du LSE et paraît le mieux placé pour racheter la Bourse de Londres. Le Nyse aurait également approché la direction du LSE en vue d’une fusion, avant de choisir de se marier avec Euronext. La place londonienne a récemment attiré davantage d’introductions en Bourse d’entreprises étrangères (notamment russes et asiatiques) que ses concurrentes américaines, en raison notamment de la souplesse de la régulation britannique par rapport à la loi Sarbanes-Oxley. John Thain estime que la combinaison du Nyse et d’Euronext devrait constituer un concurrent de taille pour le LSE, mais que les entreprises étrangères pourraient continuer de préférer se coter à Londres parce que la capitale britannique est devenue le centre de la finance internationale, et pas seulement pour des questions de régulation. Un porte-parole du LSE interrogé par le journal a mis en doute la capacité d’une nouvelle Bourse à Londres de concurrencer le LSE. «C’est un peu comme si Pepsi s’installait à Atlanta (siège de Coca-Cola)», a-t-il dit. Le 1er juin, le Nyse et Euronext, qui rassemble les Bourses de Paris, Amsterdam, Bruxelles et Lisbonne, ont annoncé un accord de fusion qui doit créer le premier marché financier transatlantique, dont la capitalisation totale serait de 20 milliards de dollars (15,5 milliards d’euros).Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc