×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Le Nord, un hub de production de l’énergie éolienne

    Par L'Economiste | Edition N°:2926 Le 23/12/2008 | Partager

    . Kodia Al Beida, Bni Mejmel et Haouma Alléger et diversifier la facture énergétique est un des défis actuels qu’affronte le Maroc. Et dans ce cadre, l’énergie éolienne reste l’une des plus abordables. Tel est le constat dressé par divers intervenants lors d’une journée d’information tenue à Tanger par Nareva, à l’occasion du lancement de son parc éolien de Haouma (cf. www.leconomiste.com) L’éolien semble l’une des voies de prédilection pour le pays. «L’éolien reste l’énergie renouvelable la plus compétitive pour le Maroc», estime Mohamed Berdai, directeur du Centre de développement des énergies renouvelables (CDER). Le Royaume demeure un pays à fort potentiel éolien, avec près de 7.000 Megawatts répartis sur les 3.500 kilomètres de côte. La vitesse moyenne du vent est de 9 mètres par seconde à 40 mètres de haut, avec des pointes bien supérieures. Le potentiel réalisable au Maroc est, selon Berdai, de 4.000 à 7.000 MW en fonction de la législation en vigueur à l’horizon 2020. L’investissement, dans le scénario le plus optimiste en matière d’énergie, est de 10 milliards d’euros. Le solaire thermique permet, quant à lui, d’espérer atteindre un potentiel réalisable à l’horizon 2020 de 1.080 MW mais avec un investissement de 6,6 milliards d’euros, à titre d’exemple.Le Maroc bien conscient des opportunités qu’offre le vent a déjà lancé divers projets dans le domaine. Le Nord se place ainsi comme un véritable hub pour la production d’énergie électrique à partir de l’éolien. La Région est un lieu idéal pour l’installation d’éoliennes. Elle se caractérise par des vents réguliers avec des vitesses moyennes de 10 mètres par seconde, supérieure à la moyenne nationale avec des pics enregistrés allant jusqu’à 20 mètres par seconde. Ces vitesses permettent une meilleure exploitation des aérogénérateurs qui, pour la plupart, ont besoin d’une vitesse minimale de 4 mètres par seconde pour commencer à produire de l’électricité.Le parc éolien de Kodia Al Beida situé à Tétouan a démontré la validité du concept. Il est installé le long d’une crête du même nom, sur plus d’une dizaine de kilomètres. Il dispose de 84 turbines sur trois sites espacés. Il a commencé la production réelle d’électricité en septembre 2000 avec une puissance de 50,4 MW. En 2007, un autre parc a été lancé, à cheval entre Tanger et Tétouan. D’une puissance de 140 MW, il devra être le plus grand d’Afrique. Son coût sera de près de 2,8 milliards de DH et il devrait entrer en service au cours du premier trimestre de 2009. Il est composé de 165 aérogénérateurs et de 550 kilomètres de câbles de connexion. Il prendra place le long de vingt kilomètres de crête montagneuse entre les wilayas de Tanger et Tétouan, sur les douars de Bni Mejmel et Dhar Saadane.De notre correspondant, Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc