×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    Le Net-PC d'Intel et de Microsoft est prêt

    Par L'Economiste | Edition N°:272 Le 20/03/1997 | Partager

    Le géant américain des composants électroniques Intel et le leader mondial des logiciels de micro-informatique Microsoft se sont associés pour présenter le 12 mars, au Cebit de Hanovre, une «nouvelle classe de micro-ordinateurs», les Net-PC, devant réduire fortement le coût de l'informatique.
    Le Net-PC, dont les modèles d'entrée de gamme seront vendus en-dessous de 1.000 Dollars, constitue la contre-offensive de Microsoft et Intel à la croisade lancée par plusieurs constructeurs américains, le groupe Oracle en tête, pour le lancement de terminaux internet (NC), qui seraient dépourvus de disques durs et des programmes installés, et donc des produits Microsoft.
    Ce type d'ordinateur, a expliqué Pat Gelsinger, vice-président d'Intel, «répond parfaitement aux demandes de nombreuses entreprises qui n'ont pas forcément besoin de toutes les parties actuellement incluses dans un ordinateur personnel: un guichet de compagnie aérienne, des bureaux d'assurances ou de banques ont intérêt à s'équiper en ordinateurs sans disque dur, ou sans lecteur de disquette, ou sans ports d'extension, mais avec de fortes capacités de calcul».

    Le coût total d'un micro-ordinateur pour une entreprise est évalué à 9.000 Dollars par an, si l'on ajoute au prix de la machine l'achat des logiciels et surtout le coût de la maintenance. Le recours à un Net-PC devrait permettre de réduire ce coût d'au-moins 25%, a indiqué Hans Geyer, vice-président d'Intel Europe.
    L'ordinateur connecté au réseau signalera en effet automatiquement ses défaillances ou problèmes de logiciels au gestionnaire du réseau, qui pourra réparer le problème, ou installer de nouveaux logiciels, sans avoir à toucher à la machine. «Mais ils fonctionneront sous Windows, ce qui assure une compatibilité totale avec les autres micros, et garantit des performances jusqu'aux plus hauts niveaux», a assuré Moshe Dunie, vice-président de Microsoft.

    (AFP)







    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc