×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprise Internationale

Le mystère du Coca-Cola contaminé toujours pas élucidé

Par L'Economiste | Edition N°:577 Le 20/08/1999 | Partager

· La Commission Européenne stigmatise les explications du géant d'Atlanta
· En même temps, l'Exécutif bruxellois critique l'attitude de la France et de la Belgique


La traversée du désert continue pour Coca-Cola. Le géant américain des boissons gazeuses s'est vu rabrouer encore une fois par la Commission Européenne qui a, mardi, jugé insuffisantes ses explications concernant les malaises constatés en juin en France et en Belgique. Bruxelles a aussi critiqué la façon de réagir de la Belgique et de la France.
Dans un rapport édité sur l'Internet par la Direction Générale de la Protection des Consommateurs, la Commission estime que «les explications fournies quant à la source de la contamination par la firme Coca-Cola ne sont pas entièrement satisfaisantes. Un problème lors de la production ne peut être exclu à ce stade des investigations».
De plus, l'absence de détermination formelle de l'origine de la contamination empêche la claire corrélation avec les problèmes pathologiques rencontrés, ajoute la Commission dans le même document. C'est pourquoi elle demande aux pays de pousser plus loin leurs investigations et de lui fournir des rapports mensuels.
La société Coca-Cola avait avancé deux raisons à la crise: l'utilisation d'un mauvais gaz carbonique contenant des dérivés de soufre à l'usine belge d'Anvers et la présence d'un fongicide appliqué sur les palettes de transport des canettes françaises de Coca-Cola dans l'usine de Dunkerque. «L'hypothèse liée au gaz carbonique peut être crédible, puisque des traces ont été mises en évidence. En revanche, celle des fongicides paraît peu vraisemblable puisque les quantités retrouvées sont infinitésimales», estime le rapport.
En juin, plusieurs centaines de cas de malaises ont été constatés en Belgique puis en France chez des personnes affirmant avoir consommé des boissons de la multinationale américaine.
Les autorités belges ont interdit le 14 juin la commercialisation de tous les produits Coca-Cola. La France a aussitôt recommandé la non-commercialisation et la non-consommation de ces produits.
Selon la Commission Européenne, le gouvernement belge a transmis un message clair aux consommateurs», mais «le contrôle sur le terrain était insuffisant». A l'inverse, «les déclarations ambiguës de l'autorité politique française ont semé le trouble dans l'esprit des consommateurs, mais le contrôle sur le terrain était satisfaisant».
Comme explication, la Commission avance sa propre hypothèse. «On ne peut exclure que des erreurs aient été commises soit dans la sélection des plantes, soit dans le dosage des extraits», avance le rapport. Des taux anormalement élevés d'essences aromatiques ont été relevés dans des échantillons incriminés.

Ghassan KHABER (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc