×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Le monde musulman se tourne vers la Malaisie

Par L'Economiste | Edition N°:1623 Le 15/10/2003 | Partager

. Réunion de l'OCI à partir de demain jeudi. SM le Roi fera le déplacementC'est la première fois que le sommet de l'Organisation de la conférence islamique (OCI) se tient dans un pays de l'Asie du Sud-Est. Signe du rôle prépondérant que jouent désormais les nations asiatiques face aux ténors du Moyen-Orient. C'est dans cette partie du globe où se trouvent en effet l'Indonésie, le pays musulman le plus peuplé, et la Malaisie, le pays le plus développé industriellement. L'épicentre du monde musulman s'est déplacé vers ces deux «dragons» en raison notamment des difficultés rencontrées par les pays du Moyen-Orient à remédier aux dégâts causés par la confusion entre islam et terrorisme. Eventré par les conflits internes en Irak, en Afghanistan et en Palestine, le Moyen-Orient cède progressivement du terrain aux pays du sud-est, qui deviennent de véritables forces régionales, en raison du militantisme islamiste des habitants. Profitant de leur rôle grandissant, la Malaisie et l'Indonésie veulent devenir les chantres de la solidarité musulmane. Le sommet se tient à partir de demain jeudi 16 octobre à Putrajaya, au sud de Kuala Lumpur et ce, pour la première fois depuis les attentats du 11 septembre. Il connaîtra la participation de Sa Majesté le Roi. Le Maroc, président du Comité Al Qods, créé par l'OCI, est un acteur principal de l'Organisation, en raison notamment de sa médiation dans le règlement du conflit au Proche-Orient. Coexistence, dialogue des religions, ouverture sur l'Autre, modération et tolérance ont toujours été les fils conducteurs de la position marocaine. Le Souverain participera à côté de 29 chefs d'Etat représentant 56 pays.Cette édition de l'OCI est très particulière. Conflits internes, sanctions et accusations de terrorisme, occupations américaine et israélienne: l'étau se resserre autour des pays musulmans. L'OCI, qui représente plus d'un milliard de musulmans dans le monde, n'aura pas la tâche facile. Les travaux, qui se termineront samedi 18 octobre, aborderont l'Irak et, comme à chaque fois, le Proche-Orient. La vedette sera incontestablement la Syrie, victime de l'agression israélienne, et membre de l'OCI. Les participants devraient condamner ces attaques de même que les incursions israéliennes dans les Territoires. En revanche, sur l'Irak, l'unanimité n'est pas acquise en raison des divergences internes entre les pays qui demandent le départ des forces américaines et ceux qui leur ont facilité la tâche pour conquérir le pays, en offrant leur territoire comme bases militaires. A ce niveau, il est fortement redouté que cette divergence aboutisse encore une fois à des situations embarrassantes comme c'était le cas il y a quelques mois à travers les prises de bec entre la Lybie et l'Arabie saoudite ou celles entre le Koweït et l'ex-gouvernement Saddam. Une autre source de divergence: le gouvernement transitoire irakien. Autorisé temporairement à siéger dans la Conférence, il tentera de prouver «sa légitimité internationale» que certains pays musulmans remettent en cause. Tous ces déchirements ne facilitent pas l'établissement d'une position commune. Au meilleur des cas, les conférenciers se contenteront d'une déclaration d'intention demandant un transfert urgent de la souveraineté irakienne et un rôle plus accru de l'ONU.Nadia LAMLILI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc