×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Le mécénat pénètre la santé

    Par L'Economiste | Edition N°:155 Le 24/11/1994 | Partager

    Après le mécénat culturel, c'est le mécénat social qui se manifeste au Maroc. Moins préoccupé par le souci de notoriété, il émane plutôt d'un esprit religieux.

    Phénomène nouveau au Maroc, le mécénat d'entreprise s'introduit dans le domaine social, plus particulièrement dans celui de la santé. Dans plusieurs programmes, le MSP a trouvé le soutien des mécènes, notamment au niveau de l'infrastructure hospitalière et de l'équipement hospitalier.

    Par exemple, grâce à la générosité de donateurs, Casablanca verra prochainement la construction de 4 hôpitaux: un hôpital de 220 lits à Sid Soufi dont le coût est estimé à 75 millions de DH; un hôpital de 60 lits à Sidi Bernoussi, puis 2 hôpitaux, 100 lits et 120 lits, à Aïn Chock, dont les coûts s'élèvent respectivement à 23 et 14 millions de DH.

    L'Association d'Aide à l'Enfant Malade, dont la plupart des membres sont des chefs d'entreprises, finance la construction d'un hôpital à Dar Bouazza. Les actions humanitaires menées par cette association, comme par d'autres associations de même vocation sont nombreuses. Toujours à Casablanca, un centre d'hémodialyse a été créé à l'hôpital Ibn Rochd, pour un coût de 8 millions DH, avec 30 appareils de dialyse.

    La ville de Fès a bénéficié de la construction d'une maternité ainsi que de celle d'un hôpital de zone à Ben Souda.

    Toujours à Fès ont été construits et équipés 3 centres de santé dans la préfecture de Moulay Yacoub. 22 ambulances ont été offertes par 13 entreprises donatrices au profit des centres ruraux. 7 autres ambulances (soit 2,4 millions DH) ont été offertes par la province de Khouribga.

    Lutte contre la cataracte

    La ville de Taroudant donne un exemple édifiant de mécénat communautaire. Un groupe de personnes ont participé activement à la campagne de lutte contre la cataracte menée en juillet par le MSP, prenant en charge l'équipe médicale et les opérations chirurgicales pour un coût global de 20 millions de DH.

    Le même groupe prend en charge les soins, l'alimentation et l'hébergement d'un orphelinat d'une quarantaine d'enfants. Les bienfaiteurs de cette ville, en association avec le Conseil municipal et la Délégation médicale, sont en train d'étudier le projet d'un centre d'hémodialyse avec 4 appareils, dans la ville même.

    Vers la fin des années 70, le concept de mécénat d'entreprise fait son apparition, quelque temps après celui de communication dans l'entreprise. Les services de communication des entreprises ont donné une nouvelle dimension à celles-ci en cherchant à développer un dialogue, une interaction avec leur environnement, les amenant à communiquer plus d'informations sur leurs activités. Cette dimension a contribué à valoriser leur image de marque.

    L'entreprise ouverte sur la société est désormais plus concernée par l'évolution de celle-ci, notamment par son épanouissement culturel, considérant que la culture est un facteur d'émancipation d'une nation. Ainsi est née la notion de citoyenneté de l'entreprise.

    Pour jouir du devoir prestigieux de s'impliquer dans la création artistique de son pays, l'entreprise se fait mécène. Elle achète des collections de tableaux, sponsorise des concerts musicaux ou des spectacles de danse, finance différents genres de manifestations artistiques ou même sportives.

    Encouragé par le MSP

    Le phénomène est d'abord apparu en Europe et aux Etats-Unis, et plusieurs entreprises marocaines remplissent cette fonction de mécénat culturel depuis près d'une décennie. Parallèlement, le mécénat religieux, se manifestant par la construction de mosquées, a aussi été le fait d'entrepreneurs ces dernières années. Mais depuis quelque temps se fait jour au Maroc une nouvelle forme de mécénat, un mécénat social, en rapport avec un esprit religieux.

    Un phénomène d'imitation, de mode, joue aussi dans ce sens, surtout lorsque c'est une personnalité connue qui innove dans ce domaine. Souvent l'entreprise individuelle se confond avec son patron.

    Certains particuliers, désireux d'attacher plus de discrétion à leurs actions bienfaitrices, les prêtent à leurs entreprises. Tandis que le mécénat culturel se pratique avec un souci de promotion de l'entreprise, le mécénat social semble ne pas se préoccuper a priori d'image et proviendrait d'une prise de conscience d'ordre religieux.

    Le mécénat social s'est orienté préférentiellement vers le domaine de la santé, encouragé en cela par le MSP qui a joué un rôle catalyseur dans la propagation de ce genre de mécénat, cherchant sans cesse à associer les bienfaiteurs à ses programmes sanitaires. "L'entreprise n'est pas un organe étranger dans le tissu social(...), elle peut contribuer à l'amélioration du climat social en participant à des actions qui sont à première vue éloignées de son activité principale", déclare M. Abderrahim Harouchi, ministre de la Santé, le 25 octobre, lors d'une cérémonie de remise de clés d'ambulances, dons de bienfaiteurs. Surtout dans un contexte social où les besoins sont pressants et les ressources de l'Etat limitées.

    B.L.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc