×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Le Maroc déclare enfin la guerre au tabagisme

Par L'Economiste | Edition N°:1565 Le 21/07/2003 | Partager

. Le tabac est reconnu indésirable dans les espaces publics et collectifs . La publicité, même déguisée, est placée sous haute surveillance. Le projet du décret d'application de la loi adopté juste après le rachat de la Régie des Tabacs par AltadisAprès des années d'attente, la loi relative à l'interdiction de fumer et de faire de la publicité du tabac dans certains lieux entrera bientôt en vigueur. Le gouvernement vient d'adopter lors du dernier conseil le projet de décret d'application. Ce dernier sera examiné en Conseil des Ministres avant sa publication au Bulletin Officiel. Hasard du calendrier, le durcissement des publics à l'égard du tabac intervient deux jours après que le gouvernement marocain ait reçu le chèque d'Altadis. Mohamed Cheikh Biadillah, ministre de la Santé, a exposé les principaux objectifs de la loi contre le tabagisme. Il s'agit de sensibiliser les citoyens à l'éthique et limiter les effets néfastes du tabagisme sur la santé publique. Le décret d'application précise une liste des produits relevant du tabagisme. Il s'agit de cigarettes, cigares, tabac destiné entièrement ou partiellement à la consommation. Par ailleurs, les fabricants de tabac doivent impérativement indiquer sur l'emballage le caractère nuisible du produit. La mention «le tabac est nocif pour la santé« doit être clairement indiquée sur le verso de tout paquet de cigarettes à un endroit non masqué en langue arabe. Le message de dissuasion peut aussi se faire par une cigarette barrée d'une croix rouge. Les indications relatives à la teneur en nicotine et en goudron doivent être précisées et correspondre aux mêmes descriptifs que la composition de la cigarette.D'autre part, le texte énumère les lieux publics où la consommation du tabac sera interdite. Il s'agit des bureaux administratifs, des salles de réunion dans les administrations publiques et semi-publiques, les hôpitaux et les cliniques. L'interdiction de fumer concerne également le transport public, à l'exception de celui où il y a des espaces réservés aux non-fumeurs. Les salles de cinéma, théâtre, les palais de congrès et les centres de formation public et privé sont tous concernés par l'interdiction. Celle-ci s'appliquera aussi dans les ascenseurs et les locaux où sont produites des substances toxiques. La promotion du tabac est également dans le collimateur. Le projet de texte interdit la publicité, même par des voies déguisées -du tabac dans les médias ou encore dans la presse et aussi sur les panneaux publicitaires. La promotion des marques sera sanctionnée par des amendes allant de 1.000 à 3.000 DH. Même chose pour les entreprises qui accordent des cadeaux qui contiennent des mentions de leur label. Et un particulier surpris en train de fumer dans des espaces non-fumeurs devra payer une amende allant de 10 à 50 DH. Mais à qui doit-il payer cette somme? C'est la question à laquelle ne répond pas le texte de loi. Il ne fait aucune référence à l'autorité compétente qui se chargera de la verbalisation. Des policiers feront-ils des patrouilles pour détecter les infractions? N. Bo.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc