×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Le marché monétaire toujours surliquide

Par L'Economiste | Edition N°:2263 Le 26/04/2006 | Partager

. Le Trésor éponge 7 milliards de DH au premier trimestre. Il devrait lever 3 milliards à l’international Le marché monétaire continue d’afficher une surliquidité structurelle, selon une note de recherche de BMCE Capital Markets publiée en fin de semaine dernière (www.leconomiste.com). Selon le document, l’encours global de la dette publique atteint au premier trimestre 262,3 milliards de DH. Il progresse de 4,3% par rapport aux chiffres de décembre 2005 du fait de levées de fonds totalisant 21 milliards de DH, dont 74% sur le long terme. Les remboursements des échéances ont, pour leur part, atteint 14 milliards.Pour 2006, le Trésor a annoncé des besoins de 37 milliards, alors que près de 19 milliards viennent à échéance. Le financement net sur les douze mois ressort ainsi à 18 milliards, selon la banque d’affaires. Malgré le rapatriement de 4 milliards de DH par Vivendi Universal fin 2005, et qui a contribué à apaiser l’excès de cash sur le marché, les analystes estiment que «la surliquidité du système a été largement supérieure aux flux sortants». Elle a été favorisée par la progression des recettes de voyages et des transferts MRE qui ont bondi à fin février de 19,3 et 10,4% respectivement. La surliquidité du marché monétaire a engendré une pression sur les taux qui ont marqué une baisse toutes maturités confondues. Les 10, 15 et 20 ans ont perdu sur la période sous revue, selon les analystes de la banque d’affaires, 38, 43 et 73 points de base respectivement. Cette baisse des rendements «oriente les investisseurs vers les titres plus risqués et donc plus longs». Lorsque le Trésor a cessé de lever des fonds «à partir du mois de février» sur le marché primaire, exacerbant par là même la baisse des taux, les opérateurs se sont rabattus sur le secondaire. Le volume échangé sur ce compartiment a atteint 28,6 milliards de DH sur le trimestre, selon BMCE Capital Markets, soit une moyenne quotidienne de 477,5 millions.Pour «améliorer l’image du Maroc sur le plan international et limiter les ponctions sur le marché interne», le Trésor devrait renouer avec des levées libellées en devises sur les marchés internationaux. Elles devraient totaliser, selon la banque d’affaires, 3 milliards de DH.Rappelons que le principal taux directeur de Bank Al-Maghrib, le taux appliqué aux avances à 7 jours, est actuellement fixé à 3,25%. Il est encadré par le taux des avances à 24h qui est de 4,25% et celui des facilités de dépôts à 24h fixé à 2,25%.T. H.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc