×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Le Liban dans la tourmente

Par L'Economiste | Edition N°:2407 Le 23/11/2006 | Partager

. Les obsèques de Pierre Gemayel transformées en manifestationLE camp antisyrien s’apprête à enterrer aujourd’hui le ministre de l’Industrie Pierre Gemayel, dont l’assassinat mardi dernier a jeté le Liban dans la tourmente au moment où le Conseil de sécurité de l’ONU donnait son feu vert au tribunal spécial pour l’assassinat de Rafic Hariri.Le Liban observe trois jours de deuil en hommage au jeune ministre, chrétien maronite, abattu près de Beyrouth dans le dernier attentat en date d’une série visant des personnalités antisyriennes.Les festivités prévues pour le 63e anniversaire de l’Indépendance du Liban mercredi 21 novembre ont été annulées et les alliés de Pierre Gemayel, désignant la main de Damas, ont rendu hommage à leur «martyr tombé pour l’indépendance», allusion aux profondes divisions entre pro et antisyriens qui déchirent le Liban. La dépouille du ministre, mort à 34 ans, a été accueillie mercredi matin par une foule de sympathisants à Bikfaya, fief de la famille Gemayel au coeur de la montagne libanaise, avant les obsèques prévues jeudi à 13h00 (11h00 GMT) en la cathédrale Saint-Georges des Maronites, dans le centre de Beyrouth. Recouverte d’un drapeau blanc frappé du cèdre du Liban, emblème du parti des Kataéb (phalanges) de l’ancien président Amine Gemayel, père du défunt, la dépouille est arrivée à bord d’un corbillard jusqu’au village en deuil, orné de portraits de Pierre Gemayel.Une foule de quelques centaines de personnes, en pleurs, criant leur colère, s’étaient rassemblées au passage du cercueil, jetant du riz et des pétales de fleurs, alors que les églises sonnaient le glas. L’armée libanaise a été déployée dans les rues de Beyrouth, où la population avait cédé mardi à quelques mouvements de panique et de colère.Le camp antisyrien mené par Saad Hariri, le fils de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri, a demandé aux Libanais de participer en masse aux obsèques.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc