×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Le Japon doit recommencer à consommer

· Le danger vient de la déflation

Par L'Economiste | Edition N°:453 Le 01/03/1999 | Partager

Le gouvernement américain vient de se lancer dans une campagne pour que le Japon accélère ses mesures de redressement et surveille les risques de déflation.


Aussi bien le Président Clinton que les responsables du Trésor américain insistent, depuis quelques jours auprès des autorités japonaises, pour qu'elles reprennent avec plus de détermination leur politique de sortie de crise.

Planche à billets


Rappelons qu'en novembre dernier le gouvernement de Tokyo avait commencé la mise en place d'une stratégie pour couper la route à la crise. Parmi les mesures figuraient la reprise en main des banques ayant de très mauvaises créances, l'introduction des normes BRI pour le classement des créances et surtout le renforcement des pouvoirs de la Banque centrale face au Ministère des Finances.
Le secrétaire-adjoint au Trésor américain a souligné, vendredi soir, que "la Banque centrale japonaise doit faire davantage pour soutenir la croissance". Il a estimé que, même si les taux d'intérêt sont déjà très bas, les autorités monétaires ne devaient pas baisser les bras. Il s'est surtout inquiété des risques de déflation. A l'appui de sa thèse, il a avancé que les prix de février au Japon étaient inférieurs à ce qu'ils étaient un an auparavant. Sans le dire explicitement, le responsable américain rejoint le camp de ceux qui voudraient voir la Banque centrale nippone jouer sur la planche à billets, de manière à faire tomber le prix du Yen et à pousser les consommateurs japonais à reprendre leurs achats.

Trop de prudence


Dans l'économie japonaise se dessine un phénomène surprenant: la croissance industrielle est revenue, mais la consommation stagne. En janvier, la production industrielle a crû de 0,8% par rapport à décembre 1998 (la croissance de décembre avait été de 1,3%). Le taux est inférieur à ce qu'espérait le gouvernement (1%), mais supérieur à ce que prévoyaient les analystes. En face, les ventes de la grande distribution sont en recul de 4,5% après un recul équivalent en décembre. Depuis la hausse de la TVA il y a deux ans, la consommation des ménages recule constamment. Même mauvais indicateur pour la construction: les mises en chantier ont baissé de 11,2% en janvier, ce qui est une accentuation de la baisse et ce, depuis la mi-1997. En fait, bien avant l'arrivée de la crise, les consommateurs japonais avaient anticipé le mouvement. Le vrai problème est de faire en sorte qu'ils se remettent à consommer et ce, pour le bien de l'économie mondiale...


USA: Croissance miraculeuse


Pour la huitième année consécutive, les Etats-Unis enregistrent une croissance. Croissance qui, de plus, a tendance à s'accélérer. Les prévisions des derniers jours de février tablent sur un 6,1% en rythme annuel, soit trois dixièmes de plus que ce qui avait été annoncé au début de l'année.
Les secteurs-moteurs sont l'informatique, les télécommunications et évidemment le mariage des deux. Les autres secteurs participent aussi à ce mouvement de croissance.
Le seul secteur en souffrance et ce, depuis six mois, est la sidérurgie. Les aciéristes américains ont demandé des mesures de protection. Le dossier est à l'étude au Sénat, mais ils ont peu de chances de gagner, même en avançant la mise au chômage de près de 10.000 personnes qui, selon eux, provient de la concurrence asiatique déloyale. En effet, les instituts d'études consultés par les représentants estiment que les licenciements viennent des gains de productivité réalisés dans le secteur et "qu'il n'y a pas de raison pour que des millions de consommateurs soient pénalisés par des mesures protectionnistes", alors que le chômage est le plus bas que l'on ait jamais vu depuis 28 ans.

Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc