×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Le gotha de l’Internet en conclave à Marrakech

Par L'Economiste | Edition N°:2306 Le 27/06/2006 | Partager

. La grand-messe a démarré hier. Au coeur des débats l’ouverture des domaines aux autres langues comme l’arabe. Le contenu et la sécurité sur le réseau également au menu Depuis hier, le gotha de l’Internet est en conclave à Marrakech à l’initiative de l’Agence nationale des réseaux de télécommunication (ANRT) et avec la participation de la prestigieuse et très influente Icann (Internet Corporation For Assigned Names and Numbers). En clair, c’est l’organisation qui régit des noms de domaines Internet (.org, .com), et plus exactement de la délégation de ces noms à des entités responsables. A Marrakech, l’organisation y dressera pendant 5 jours un état des lieux mondial du nommage sur Internet. Le monde virtuel est grand. L’Internet est utilisé par 900 millions de personnes à travers le monde. «L’Icann veut aujourd»hui fournir davantage d’efforts pour l’Afrique et le monde arabe», déclare Paul Twomey, le PDG de l’Icann qui vient d’être reconduit, à Marrakech, pour un nouveau mandat de trois ans. En coordination avec les communautés techniques, l’organisation a adopté des directives pour le déploiement des noms de domaines internationalisés. Ouvrant ainsi la voie à l’enregistrement de domaines dans une centaine de langues parlées à travers le monde. Plus concrètement, au lieu du . com par exemple, le dernier surfixe sera en arabe ou en latin. «Ce n’est pas aussi simple car ce domaine porte beaucoup d’ambiguïté.Mais nous nous y sommes engagés quelles que soient les difficultés», affirment les responsables de l’Icann. Engagement confirmé aussi par Vint Cerf créateur de l’Internet et président du conseil de l’Icann et grande star de cette rencontre dont les travaux se poursuivent jusqu’au 30 juin. Les débats de Marrakech seront aussi axés sur la sécurité, la cybercriminalité ainsi que les recommandations du SMSI (Sommet mondial sur la société de l’information). «L’Icann tente actuellement de répondre aux questions qui ont été soulevées pendant le SMSI et qui reviendront donc fort logiquement lors de ce congrès», indique Twomey. «Nous travaillons pour accroître notre coopération avec les gouvernements, les organisations et les diverses acteurs de l’Internet, car il est aussi primordial de permettre aux pays en développement de mieux participer aux fonctionnements de l’organisme». Quant à la relation officielle qui le lie au département américain du Commerce en matière de gestion des domaines, Cerf et l’australien Twomey répondent en choeur: «Nous n’avons jamais eu de pression quelconque du département américain». Dans tous les cas, en septembre, s’achève le protocole qui lie l’organisation au gouvernement américain, précise-t-on. «Sera-t-il reconduit ou va-t-il introduire de nouveaux pays ?» Seul, l’avenir le dira». Effet d’annonce ou tentative d’approche avec les gouvernements avant la rencontre du FGI (Forum de gouvernance d’internet) prévue en octobre prochain à Athènes? Pour les participants et les engagés dans le monde virtuel de l’Internet, on ne peut se passer de l’Icann. Pour eux aussi, le débat ne se résume pas aux noms des domaines mais concerne aussi le contenu. C’est aussi l’avis des instances de l’Icann qui ont placé ce sujet au centre des débats. «Je suis heureux de constater que beaucoup de points programmés par l’Icann - contenu, formation et infrastructures- figurent dans le plan national pour le développement de l’Internet adopté au Maroc», indique Mohamed Benchâaboun, directeur de l’ANRT. A l’ouverture de la conférence, le Premier ministre, Driss Jettou, a brossé un tableau succinct de ce programme: accélération de la libéralisation régulée, expansion de la bande passante, développement de l’accès et du contenu. Le plan privilégie également la création des centres communautaires de technologies de l’information, qui seront financés par le fonds du service universel. Ainsi, au Maroc, la dynamique est bien enclenchée. Selon Benchâaboun, l’ANRT a enregistré 4.500 déclarations de création de cybercafés privés pour la seule année 2005. «Cela veut dire que la demande est en progression malgré une non-généralisation de l’accès aux foyers». Pour rappel, d’après les estimations, il y a 4 millions d’internautes au Maroc.


Coulisses

- Points forts Désormais, c’est l’ANRT qui devra gérer le nom de domaine.ma et non plus l’opérateur historique. L’Agence en a demandé à l’Icann la redélégation qu’elle devra obtenir d’ici deux mois. En attendant, elle vient de mettre en ligne une charte d’utilisation de ce nom qui reprend les principes internationaux. - Aucune fausse note Organisation parfaite pour cette rencontre du monde de l’Internet coordonnée par l’ANRT et l’Icann et dont la logistique a été confiée à une agence spécialisée dans l’événementiel à Marrakech.- Le plus grand hospot L’ANRT a déployé au Palais de Congrès de Marrakech, depuis le 23 et jusqu’au 30 juin, le plus grand point d’accès Internet sans fil (hotspot) au Maroc. Cette prouesse technologique a été réalisée par la société marocaine FirstMile Telekom.- Misoc et Isoc se distinguent Bon point aussi pour la société civile dans l’Internet. Le Misoc et l’Isoc ont organisé en parallèle à la rencontre Icann, Egeni Afrique 2006 sous le thème «Etats généraux du nommage et de l’adressage sur Internet» et qui regroupe de grands spécialistes de la communauté Internet. Objectif: permettre à l’Afrique de s’impliquer davantage dans l’élargissement d’Internet auprès du grand public et sensibiliser les instances régionales sur les enjeux de la gouvernance d’Internet.Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc