×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Le géant «Arcelor-Mittal» présenté à Luxembourg

Par L'Economiste | Edition N°:2306 Le 27/06/2006 | Partager

. Douche froide pour Severtal qui se dit utilisé. Accueil mitigé par la presse internationale. 116 millions de tonnes et 60 milliards d’euros de CA Les groupes sidérurgiques Arcelor et Mittal Steel présentaient hier 26 juin à Luxembourg leur projet de fusion, un rapprochement consenti au terme de cinq mois de bataille boursière et qui donnera naissance à un géant mondial de l’acier baptisé «Arcelor-Mittal». Pour rappel, Arcelor vient également de conclure sa fusion avec le sidérurgiste marocain Sonasid (cfwww.leconomiste.com). L’offre de Mittal Steel, annoncée le 27 janvier, a finalement été recommandée dimanche soir à l’unanimité par la direction d’Arcelor après 9 heures de réunion. Une volte-face alors qu’elle s’était employée à échapper aux griffes de son rival et une douche froide pour le russe Severstal, le fiancé éconduit. Cette OPA, qui devait se conclure le 5 juillet, devrait être décalée de quelques jours. Le groupe de l’Indien Lakshmi Mittal, cinquième fortune mondiale, a arraché l’accord de la direction du groupe européen en relevant son offre et en acceptant d’être minoritaire dans le nouvel ensemble. Mittal proposera aux actionnaires 40,4 euros par action Arcelor, contre 37,74 euros jusque-là et un peu plus de 28 euros en janvier. L’offre est mixte (69% de son offre en titres, 31% en cash), le total en cash étant de 8,5 milliards d’euros. Dans le nouveau groupe, les actionnaires d’Arcelor détiendront 50,6% et ceux de Mittal 49,4%, dont 43% pour la famille Mittal. Le conseil d’administration comportera 18 membres, 12 venus d’Arcelor et 6 désignés par Mittal. Arcelor-Mittal produira 116 millions de tonnes par an, trois fois plus que n’importe quel concurrent actuel. Son chiffre d’affaires sera de 60 milliards d’euros et ses effectifs de 320.000 salariés, avant restructurations redoutées par les syndicats. Cette annonce a été diversement accueillie dans le monde. En Inde, le ministre des Finances s’est dit «fier» de voir un homme d’affaires né en Inde devenir «le plus grand fabricant de métal du monde». Le ministre français de l’Emploi Jean-Louis Borloo s’est «plutôt réjoui» de l’accord. En Russie, en revanche, la pilule avait du mal à passer alors qu’Arcelor avait annoncé fin mai un accord en vue d’un mariage avec Severstal, le groupe de l’oligarque Alexeï Mordachov. Dès dimanche soir, Severstal a rappelé qu’Arcelor était lié par un contrat et s’est dit «surpris» de cette annonce. Lundi, la presse russe estimait qu’Arcelor avait utilisé Severstal pour forcer Mittal Steel à renchérir son offre. «En faisant la cour à la fois à Mordachov et à Mittal, la direction d’Arcelor a mené une opération brillante qui a fait monter la valeur finale de la transaction et forcé l’Indien résistant à payer plus et à accepter quelques compromis importants», écrit un quotidien russe. En France, plusieurs journaux jugeaient sévèrement la «volte-face» d’Arcelor en insistant sur l’échec de la défense organisée par Guy Dollé et l’impuissance des pouvoirs publics. Le président d’honneur du Mouvement républicain et citoyen Jean-Pierre Chevènement a qualifié de «scandale» la fusion Arcelor-Mittal, victoire de «la dictature du fric» au «mépris des intérêts de la France». Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc