×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Le G8 place haut la barre pour la protection de l'environnement

Par L'Economiste | Edition N°:474 Le 31/03/1999 | Partager

· Une déclaration commune de protection de l'environnement au menu du Sommet de juin

· Finie la course aux normes les plus basses

· La biosécurité partage Américains et Européens


Informelle mais pas pour autant moins sérieuse, la réunion des ministres de l'Environnement du G8 place la protection de l'environnement parmi les impératifs économiques les plus urgents. Le G8 qui regroupe les sept pays les plus industrialisés (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon et Grande-Bretagne) et la Russie a ainsi formulé lors d'une réunion à Schwerin en Allemagne, le week-end dernier, les principes communs de protection de l'environnement.
Au bout de deux jours de discussions, ces ministres de l'Environnement ont abouti à une déclaration commune. Celle-ci constituera le volet environnement lors du Sommet du G8 prévu du 18 au 20 juin prochains à Cologne.
Le projet préparé par la délégation allemande qui présidera le Sommet place haut la barre en matière de protection de l'environnement. En effet, il est indiqué que la "concurrence mondiale ne doit pas se résumer à une course aux normes les plus basses". D'ailleurs, selon Mme Dominique Voynet, ministre française de l'Environnement, "le lien entre le commerce international et l'environnement constituera un volet important lors de la reprise des négociations à l'OMC, prévues au mois de décembre à Seattle".

Autre idée lancée, mettre en place des mesures d'incitation pour entraîner les pays en développement. Il s'agit notamment de lier l'allégement de la dette aux critères de protection de l'environnement.
Cette déclaration vise surtout d'aplanir les discordes qui existent en matière d'environnement, notamment entre l'Europe et les Etats-Unis. La liste est longue. Il s'agit entre autres de la diminution des émissions de gaz CO2, la limitation mondiale des gaz à effet de serre et de rationalisation de la consommation d'énergie. Souhaitées par les Européens, ces limitations n'enthousiasment pas les Américains. En tout cas, elles figurent en tant que recommandation dans cette déclaration commune.
C'est sans conteste la biosécurité, dont les organismes génétiquement modifiés (OGM), qui divise le plus le G8. Elle a été l'objet de discussions très serrées. La délégation américaine a en effet refusé que la biosécurité fasse l'objet d'un texte.
L'attitude américaine n'est pas récente. En février déjà, les Etats-Unis et cinq autres pays dont le Canada s'étaient opposés en Colombie à l'adoption d'un protocole d'accord sur la biosécurité, pourtant appuyé par 132 autres pays. En tout cas, une avancée a été notée lors de la réunion de Schwerin. Toutes les délégations ont convenu de parvenir à un accord avant mai 2000 lors de la cinquième convention sur la biosécurité.

Malika EL JOUHARI (AFP)


  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc