×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Le foulard islamique dans le collimateur de Sarkozy

Par L'Economiste | Edition N°:1504 Le 23/04/2003 | Partager

. Les femmes voilées doivent se découvrir la tête pour la photo d'identité Le débat hautement polémique sur le foulard islamique a été relancé. Et c'est un Nicolas Sarkozy très excité qui l'a enclenché samedi dernier, lors de la 20e rencontre annuelle de l'Union des organisations islamiques de France (UOIF).Il a déclaré que «la loi impose que, sur la carte nationale d'identité, la photo du titulaire soit tête découverte, que ce soit celle d'une femme ou d'un homme; cette obligation est respectée par les religieuses catholiques, rien ne justifierait que les femmes musulmanes ne la respectent pas«.Avis aux femmes voilées: La loi doit s'appliquer à tout le monde, sans exception. Les affaires de foulard ont surgi, il y a une quinzaine d'années. Elles ont envenimé le climat dans différents établissements scolaires. A noter que le ministre de l'Education nationale français, Luc Ferry, a récemment fait état de son opposition au port du foulard islamique à l'école. En revanche, un arrêt d'Etat l'a déclaré légal dans la mesure où il n'est pas source de troubles.La participation mouvementée du ministre de l'Intérieur au rassemblement de l'Union des organisations islamiques de France (UOIF) a fait réagir la classe politique. «J'ai rencontré tous les courants de l'islam. Je ne vois pas pourquoi je n'aurais pas rencontré l'UOIF. Bien au contraire, c'est avec eux qu'il faut travailler en priorité«, avait indiqué Sarkozy, lundi dernier dans Le Parisien. «Il faut aller là où il y a des problèmes graves, là où il y a des urgences. Mais bien sûr avec un discours franc, ouvert et ferme«. Sarkozy, le pompier, répond ainsi à ses détracteurs.Pour Jean-Marie Le Pen, leader d'extrême droite, le ministre de l'Intérieur se trompe en pensant «qu'en allant dans le sens des radicaux et des extrémistes, il aura plus de facilité à faire admettre ses solutions«. L'ancien ministre de l'Intérieur, Jean-Pierre Chevènement, a fait part de sa crainte de voir «occulter le vrai problème«, celui de «l'accès à la citoyenneté et de la lutte contre les discriminations«.Abdallah Ben Mansour, ancien président de l'UOIF, a considéré qu'il y avait une loi qui imposait l'étoile jaune aux juifs, elle était injuste, elle a été changée. Il y avait la loi sur la double peine, Nicolas Sarkozy a trouvé qu'elle n'était pas humaine, il va la changer. Rappelons que Sarkozy avait laissé entendre le 15 avril que la France pourrait remettre en cause la convention franco-marocaine permettant d'appliquer le statut personnel marocain aux Marocains de France. «Pour moi, c'est parfaitement clair. Il n'y a qu'une seule loi qui prévaut. C'est la loi de la République et elle vaut sur tout le territoire français. Nous n'accepterons aucun système de domination, y compris familiale«, a-t-il affirmé.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc