×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Le Forum de Davos évoque les menaces

Par L'Economiste | Edition N°:2202 Le 27/01/2006 | Partager

Après avoir constaté que la Chine était le nouveau moteur de la croissance mondiale, le Forum de Davos évoquait jeudi 26 janvier les menaces diverses qui pèsent sur la planète (épidémies, catastrophes, prolifération nucléaire, terrorisme) et quelques moyens d’y faire face. La rock star irlandaise Bono, habitué du Forum, a lancé un label «Red» (rouge) qui doit permettre de réunir des millions de dollars pour lutter contre les ravages du sida chez les femmes et les enfants en Afrique. Pour cette initiative, Bono a convaincu des fabricants de vêtements et de chaussures réputés (Converse-Nike, Armani, Gap) de reverser une petite partie de leurs profits. L’argent ira au Fonds mondial contre le sida, la tuberculose et le paludisme, lancé en 2002. La marque rouge servira à promouvoir une carte de crédit American Express (1% au moins des transactions payées avec la carte ira au Fonds) et à vendre des produits spécialement fabriqués pour l’occasion comme des baskets, des T-shirts et des lunettes de soleil frappées du logo rouge. Bill Gates doit de son côté présenter le 27 janvier à Davos une nouvelle initiative pour éradiquer la tuberculose. Dans un autre registre, le président du Pakistan Pervez Musharraf est venu donner à Davos quelques recettes simples pour réagir en leader responsable à une catastrophe comme le tremblement de terre qui a frappé son pays en octobre dernier, faisant au moins 73.000 morts. Il a aussi fait la promotion de l’économie pakistanaise, «qui est sur la pente ascendante» avec une croissance de 8,4%, la plus forte en Asie après la Chine. Des menaces naturelles, on devait passer dans l’après-midi aux menaces politiques et militaires. Au cours des débats devaient être abordés la lutte antiterroriste, l’extrémisme musulman et les ambitions nucléaires de l’Iran, avec la participation notamment de la secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice, qui interviendra par vidéoconférence depuis Washington et en présence de Mohamed ElBaradei, le DG de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc