×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Le FMI revoit la croissance mondiale à la hausse

    Par L'Economiste | Edition N°:2824 Le 21/07/2008 | Partager

    Le Fonds monétaire international a révisé jeudi dernier en légère hausse sa prévision de croissance mondiale en 2008, à 4,1% au lieu de 3,7% en avril, tout en s’alarmant de la poussée des tensions inflationnistes.L’institution a revu sa prévision car «le ralentissement du premier trimestre a été moins prononcé» qu’anticipé, explique le FMI dans un rapport d’étape. Cela se traduit par un scénario plus optimiste pour les Etats-Unis, qui devraient afficher une croissance de 1,3% cette année au lieu de 0,5%. Pour la zone euro, la révision est plus modeste: 1,7% au lieu de 1,4% prévus en avril. La France devrait pour sa part connaître une croissance économique de 1,6%, un peu plus soutenue que les 1,4% envisagés il y a trois mois. Cependant, «l’économie, mondiale traverse une mauvaise passe», avertit le Fonds.La croissance devrait «accuser un net ralentissement au second semestre de 2008, avant de se redresser peu à peu en 2009», mais dans le même temps l’inflation est devenue «un problème grandissant» du fait de la flambée des cours du pétrole et des matières premières», ajoute-t-il. Le FMI a ainsi fortement révisé ses prévisions d’inflation pour cette année, à 3,4% pour les pays industrialisés (au lieu de 2,6%) et à 9,1% pour les économies émergentes (au lieu de 7,4%). Dans ce contexte, «les dirigeants se trouvent confrontés à un environnement difficile» car «ils doivent endiguer la montée des pressions inflationnistes sans perdre de vue le risque de ralentissement de la croissance».Le Fonds fait toutefois une nette distinction entre les régions. Dans les pays avancés, une hausse des taux «ne s’impose pas encore», mais dans nombre de pays émergents «un resserrement de la politique monétaire et une discipline budgétaire plus rigoureuse s’imposent», selon lui. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc