×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Vous êtes 112.291 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 136.119 articles (chiffres relevés le 25/5 sur google analytics)
eleconomiste
International

Le FMI renforce son dispositif de prêts

Par L'Economiste | Edition N°:3352 Le 01/09/2010 | Partager

. Objectif: contribuer à la prévention des crises financières. Plus de stabilité au système monétaire international. Cinq grands critères d’éligibilité Le fonds monétaire international (FMI) a annoncé, lundi dernier, une réforme de son dispositif de prêts afin de contribuer à la prévention des crises financières. En effet, le conseil d’administration a décidé d’accroître la durée et les montants de la Ligne de crédit modulable (LCM) et de mettre en place une nouvelle Ligne de crédit de précaution (LCP) à l’intention des pays membres. Le FMI souhaite donc encourager les pays à le solliciter plus rapidement pour les aider à éviter une crise et à se protéger en cas de crise systémique. «Grâce à la Ligne de crédit modulable renforcée et à la nouvelle Ligne de crédit de précaution le FMI pourra aider les pays membres à se protéger contre les excès de volatilité des marchés», a déclaré Dominique Strauss-Kahn, directeur général du FMI. En fait, ce dispositif de financement récompense les pays qui mènent des politiques solides. «En mettant ses lignes de crédit à la disposition d’un plus large éventail de pays, le FMI devrait contribuer à donner plus de stabilité au système monétaire international», ajoute-t-il.La LCM est un outil de prêt créé par le FMI en mars 2009 pour répondre aux besoins des pays qui souhaiteraient un coussin de sécurité, sans nécessairement tirer sur la ligne. Elle est destinée aux pays membres dont les fondamentaux sont très solides, qui mènent des politiques saines et présentent de bons antécédents. Le conseil d’administration a donc prévu la suppression du plafond à cette ligne de crédit et le doublement de sa durée, à un ou deux ans avec un examen au bout d’un an.Quant à la LCP, elle est mise à la disposition d’un plus large éventail de pays membres. En pratique, si l’un des pays membres en fait la demande, le FMI examine cinq grands critères, à savoir la situation extérieure et l’accès aux marchés, la politique budgétaire, la politique monétaire, le contrôle et la solidité du secteur financier, et l’adéquation des données. Tout en exigeant une bonne performance pour la plupart de ces critères, le FMI met cette formule de précaution à la disposition des pays même s’ils accusent des vulnérabilités modérées dans l’un ou deux de ces domaines. «Nous sommes dans un environnement mondial fragile. Et je pense que le Fonds a été tout à fait à l’avant-garde pour proposer des solutions dans cette crise», a commenté un responsable du FMI.Ces réformes s’inscrivent dans la perspective de la prochaine réunion du G-20, qui se tiendra à Séoul, Corée, en novembre prochain, et où le renforcement du dispositif mondial de sécurité financière sera à l’ordre du jour.M. Az.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc