×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Le festival Tanjazz de retour

    Par L'Economiste | Edition N°:2755 Le 14/04/2008 | Partager

    . Jazz me Do, Boney Fields, Chuchito Valdès têtes d’affiche. Un budget de 4 millions de DHLa cité du détroit s’apprête à accueillir la neuvième édition de Tanjazz. Du 28 mai au 1er juin, la ville prendra un air de fête. Philippe Lorin, fondateur du festival et président de la fondation Lorin, organisatrice de l’événement, n’a pas caché cette fois encore sa passion pour le jazz, à l’occasion d’une conférence de presse jeudi dernier à Casablanca. «Cette édition s’inscrit dans la continuité mais aussi dans le changement puisque plusieurs nouvelles scènes seront aménagées pour accueillir des concerts. Même les non-initiés ou ceux qui disent ne pas aimer le jazz devraient s’y intéresser. Cette musique aux mille facettes, ouverte à toutes les influences d’Orient et d’Occident, s’écoute avec ses nerfs, son cœur et ses tripes…», a-t-il fait remarquer. Le festival installe cette année ses quartiers au sein du Palais Moulay Hafid des Institutions italiennes, à deux pas du Grand Socco, au centre-ville. C’est au sein de ce site récemment restauré que seront aménagées les deux scènes principales qui accueilleront deux concerts quotidiens, à 19h30 sur la scène Comarit et à 22h30 sur la scène BMCI. La scène Véolia proposera également des concerts gratuits avec du jazz bon enfant et de la fusion marocaine.D’autres lieux accueilleront des concerts payants: le Castel Palace où l’on pourra écouter de la musique et danser de 22h à 3h du matin; et le Glenfiddich Club, où il est conseillé de réserver sa table à l’avance. Dans les hôtels Mövenpick, Rif et Spa, et Continental, des déjeuners dansants, des brunches en musiques, animations diverses dans les piano-bars sont prévus. Les rues de Tanger seront aussi en fête avec des parades quotidiennes chaque fin d’après-midi. Autre nouveauté pour l’édition 2008: la projection d’une série de films de jazz chaque jour au cinéma Rif de 16 à 17h30. Sont également proposés à l’Espace Exposition du Palais des Institutions italiennes une rétrospective photo de Tanjazz par Pascal Bouclier et Jean-Luc Poudou, fidèles au festival depuis son démarrage ; ainsi que l’exposition «Jazz is Female», série de portraits de femmes-chanteuses par Cédric De Lievre. Côté programmation, figurent entre autres le guitariste Bireli Lagrène en duo avec Sara Iazarus, les Jazz me Do, incroyable octet belge interprétant des tubes des Beatles en arrangements de jazz et de funk, le trompettiste Boney Fields avec The Bone’s Project; ou encore le M’Oudswing, qui jette une passerelle entre le jazz de Philadelphie et les rythmes d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Du latin jazz est au menu aussi, avec le prodigieux pianiste cubain Chuchito Valdès associé au flûtiste Leonel O Zuniga et au Havana Street Band. A noter que le budget du festival, en grande partie financé par les sponsors, avoisine les 4 millions de DH. Nadia BELKHAYAT

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc