×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Le déficit commercial se creuse de 17%

Par L'Economiste | Edition N°:2267 Le 03/05/2006 | Partager

. A fin mars, l’effet pétrole atténué par le phosphate. Les entreprises continuent de s’équiper. Le tourisme et les MRE sauvent la miseLe Maroc accuse le coup. La flambée de l’or noir n’a pas fini de faire des dégâts au niveau de la balance commerciale. A fin mars, les importations gonflent de près de 13% à 46 milliards de DH, selon les dernières données de l’Office des changes. Sans surprise, la facture est gonflée par le renchérissement des achats de gaz de pétrole (+70%) et d’huile de pétrole (+28%), du gaz oil et des fuels oil (+37%). Pour le pétrole brut, le prix moyen de la tonne importée s’apprécie de près de 48%, pour s’approcher de 4.000 DH/t. Pour autant, les produits pétroliers ne détrônent pas encore les achats de biens d’équipement qui demeurent le premier groupe de produits à l’importation. Ce poste est dopé essentiellement par les achats d’avions (+30%), des fils et câbles pour l’électricité (+40%), des voitures industrielles (+27%)... Les demi-produits se maintiennent au second rang des importations. Ils augmentent de 10,5% du fait de la hausse des produits chimiques, des engrais et des matières plastiques entre autres. Côté exportations, le Maroc remporte quelques points, mais à l’image des mois précédents, ce ne sera pas suffisant pour combler le déficit commercial. A fin mars, les ventes à l’étranger génèrent un peu plus de 25 milliards de DH en devises grâce à l’envolée de l’acide phosphorique (+74%), des engrais (+42%) et des phosphates (+18%). D’ailleurs, par rapport à la moyenne des 3 premiers mois des 5 dernières années, les exportations ont crû de plus de 15% grâce à la bonne performance du phosphate et de ses dérivés.Le déficit commercial lui ne cesse de se creuser (+17%) et le taux de couverture de se dégrader (54,5%). Bonne tenue des recettes voyages. Avec un taux de progression de 16% environ, ces entrées continuent sur leur lancée grâce l’embellie que connaît le secteur. Par rapport à la moyenne des 5 dernières années, les recettes enregistrent un taux de croissance de 50%.Même tendance pour les recettes MRE qui augmentent de 11% au premier trimestre. Les recettes en billets de banque sont en tête (+25%) suivies des virements bancaires (+9%). Les virements postaux, eux, sont en recul de près de 45%. Sur le fond, les recettes MRE continuent sur leur lancée. En 5 ans, elles ont gagné en moyenne 26% environ. Enfin, les avoirs extérieurs affichent 156 milliards de DH, en hausse de près de 9% par rapport à mars 2005. Ce qui représente plus de 11 mois d’importations. M. K.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc