×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Le courrier des lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:1558 Le 10/07/2003 | Partager

. L’Italie à la présidence de l’UEJ'ai beaucoup apprécié l'article de Mouna Kadiri sur la présidence de l'UE par l'Italie.Il est vrai que Berlusconi donne une image plutôt trompeuse politiquement. Je ne suis pas un fan mais ses visions économiques globales peuvent être la solution contre une Amérique trop puissante. La journaliste avait cité qu'il est pour une compétition économique et non politique. Pour moi, ça veut dire soyons copains mais montrons notre force. Dans tous les cas, on devra suivre la saga du parrain pour voir ses réelles intentions.Félicitations pour un article très bien présenté.Khalid B., ingénieur électronique, Santa Clara, Californie


. Grève du transport: Dégâts engendrésLa grève des petits camions a causé beaucoup de pertes aux producteurs et entraîné la cherté de certains produits pour les consommateurs finaux.Ne parlons pas des dégâts humains et matériels qu’ont subis les non-grévistes.Il faut savoir que cette situation a été principalement provoquée par les chargeurs (clients des transporteurs) eux-mêmes. En effet, le transport terrestre de marchandises a toujours été réglementé de telle sorte qu’il ne soit fait que par deux types de transporteurs soumis à autorisation. Le premier est soumis à un permis de circuler et n’est supposé transporter que sa propre marchandise entre ses différentes installations. Le second est soumis à un agrément et est supposé transporter pour autrui.Seuls les camions dépassant un certain tonnage sont soumis à ces autorisations. Les petits camions, dont le nombre dépasse 80.000 véhicules, ne sont pas supposés transporter pour autrui. Mais à cause des bas prix pratiqués par leurs propriétaires, ils encouragent beaucoup de chargeurs à transgresser la loi en donnant leurs marchandises à ces petits transporteurs qui travaillent sans respect de la loi en plus de l’insécurité routière.Cette démarche n’était pas payante à long terme. Cela a poussé plusieurs transporteurs qui travaillent dans le formel à travailler dans l’informel pour survivre, vu la concurrence déloyale pratiquée par ces petits transporteurs. Ils ne veulent pas de la nouvelle loi concernant le transport de marchandises pour échapper à toutes réglementations et par conséquent, à tous impôts ou taxes. Si tout le fret supposé être transporté par les camionneurs agréés était fait dans les règles de l’art, le coût du transport aurait baissé même pour les grands camions vu la quantité à transporter. Plusieurs autres métiers auraient été développés comme le groupage, la logistique, la gestion des stocks, etc. Amine. T., directeur de société

. Titres traîtresLa lecture de vos deux articles parus le 7/7/03 en pages 26 et 27 montre combien les titres ne correspondent pas aux contenus! Je veux bien croire qu'il s'agit d'erreur de mise en page car dans les deux cas d'articles, les titres traitent la religion et l'islam de manière tout à fait différente du contenu des articles! Et les journalistes savent bien que les gros titres donnent plus d'effet que les contenus, surtout quand la plupart des lecteurs ne lisent que ces titres!!Arrêtons cette offensive gratuite sur notre islam et espérons le retour à la raison à tous!!!Ramdani. X.

. Assureurs: Quelle vision?Quand est-ce que notre système d'assurance, branche automobile, deviendra compatible avec le système européen? Notre pays est un des carrefours obligés de l'espace méditerranéen. Chaque été, avec l'arrivée des MRE, le flux de nos routes double, voire se triple ou même quadruple sur certains axes. Mais, avons-nous pensé à la couverture des risques suite à la circulation des véhicules étrangers sur nos routes? Avons-nous pensé aux intérêts de nos citoyens et des usagers assurés auprès des maisons étrangères. Avons-nous résolu le problème d'incompatibilité entre notre système d'assurance et le système européen?Nos assureurs ont-ils une vision de ce que nous allons devenir dans les prochaines années. Notre réseau autoroutier ne sera-t-il pas connecté un jour au réseau autoroutier européen? Le Maroc deviendra sûrement la destination de plusieurs véhicules assurés en Europe. Les échanges commerciaux entre notre pays et l'Europe ne se font-ils pas de plus en plus, aujourd'hui, en transport international routier (TIR)? Nos assureurs seront-ils au diapason des exigences du développement du transport routier international. Eu égard à la réalité des choses, il est légitime de s'en douter fort.Malgré que les pouvoirs publics aient essayé de restructurer le secteur, notre système d'assurance semble, aujourd'hui, être en deçà de ce qu'est le droit des usagers et des tiers. Et surtout quand il s'agit de sinistre mettant en cause un véhicule assuré en Europe. Dans ce cas de figure, les assurés, les tiers, les victimes ou leurs ayants droit sont souvent soumis à l'arbitraire et emmenés dans des labyrinthes à n'en pas finir. Des procédures bureaucratiques sont inventées à tort et à travers par nos assureurs. Les pertes de dossiers et de documents sont monnaie courante.Les assurés sont parfois obligés d'attendre des années sans être indemnisés ou pour être tout simplement informés que leurs chèques d'indemnisation ont bien été établis mais égarés au niveau des maisons d'assurances marocaines.Et pire encore, parfois il faut attendre que la lettre de désistement sur le chèque égaré soit notifiée à toutes les agences bancaires du Royaume pour qu'un nouveau chèque puisse être établi. Allez y comprendre quelque chose. Ce dossier ne mérite-t-il pas un intérêt particulier de la part de L'Economiste?Med. O., ingénieur, Rabat
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc