×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Le CCDH redore son blason

Par L'Economiste | Edition N°:1476 Le 14/03/2003 | Partager

. Le bilan de cette institution n'est pas reluisant. La nouvelle équipe est consciente que les atteintes aux droits de l'homme existent toujoursLe dossier des droits de l'homme demeure un sujet délicat au Maroc. Essentiellement quand il s'agit d'aborder les cas de disparitions forcées et de détentions arbitraires.C'est dans ce contexte que les membres du Conseil consultatif des droits de l'homme (CCDH) se sont réunis, jeudi 13 mars, pour la première fois après leur nomination(1).Le langage utilisé par le président du CCDH, Omar Azziman, était complètement différent de celui de son prédécesseur, Driss Dahak. Azziman a reconnu, lors de son allocution, que les débuts du CCDH ont été difficiles et que le Conseil n'a réussi que tardivement à traiter les dossiers épineux pour lesquels il a été créé. «Les tabous étaient présents et les non-dits nombreux», souligne Azziman. Et d'ajouter que «la mission du CCDH avait été à peine esquissée et ses attributions vaguement définies».Maintenant que la volonté politique est présente, le Conseil peut commencer à travailler sérieusement. Et les dossiers épineux ne manquent pas. Le président l'a lui-même rappelé en déclarant que «la cause des droits de l'homme, qui ne se réduit pas au legs d'une période tourmentée, est loin d'être épuisée parce qu'inépuisable». En d'autres termes, le CCDH n'a pas l'intention de faire dans la demi-mesure. Il veut même redorer son blason. La nomination de Driss Benzekri(2) au poste de secrétaire général en est une preuve.Tous les aspects de la citoyenneté vont être étudiés par les membres du Conseil. Il s'agit des droits politiques, civils, économiques, sociaux, culturels…C'est la première fois que des personnalités de la société civile figurent parmi les membres du CCDH et la participation féminine a dépassé les 20%. Désormais, le CCDH jouit d'une autonomie administrative et financière et peut examiner, par sa propre initiative, les cas de violation des droits de l'homme et procéder aux recommandations qui s'imposent aux autorités compétentes.Certains membres du gouvernement sont membres à titre consultatif, car ils sont concernés par les domaines de compétences du Conseil. C'est le cas des ministres de l'Intérieur, des Droits de l'Homme, des Affaires étrangères, des Affaires islamiques et de la Justice.Abdelmohsin EL HASSOUNI(1) Les membres du CCDH ont été nommés par le Souverain le 10 décembre 2002.(2) Driss Benzekri est l'ancien secrétaire général du Forum Justice et Vérité.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc