×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie Internationale

Le blé pour décaper les avions, nettoyer la peau...

Par L'Economiste | Edition N°:458 Le 08/03/1999 | Partager

· 3% de la production céréalière est utilisée à des fins non alimentaires
· Du détergent au cosmétique, les diverses utilisations
· Des plastiques biodégradables à base de blé


"Le blé, c'est pour faire de la farine qui sera transformée en pain ou en gâteau". Cette affirmation qui était évidente il y a moins d'une dizaine d'années est en train de tomber dans la désuétude. De jour en jour, la palette des utilisations non alimentaires des céréales ne cesse de s'élargir. "Il y a dix ans, 0,2% seulement de la production céréalière était destinée à des fins non alimentaires. Nous en sommes à présent à près de 3% et ce n'est qu'un début", affirme M. Daniel-Eric Marchand, spécialiste du dossier auprès de l'Association des Céréaliers français. Dans les dix prochaines années, il estime que ce taux atteindra probablement 5 ou 10%
Car, outre ses vertus gustatives, les petites graines de blé ont plus d'un atout dans leur épi.
Les avantages environnementaux ne sont pas négligeables, fait valoir M. Marchand qui croit beaucoup en l'avenir des "plastiques biodégradables". "Il faut 200 ans pour que se dégrade dans une décharge un emballage en polystyrène. Mais quelques semaines seulement suffisent pour un emballage à base de farine de blé ou d'amidon".
La société française ARD a ainsi lancé des barquettes préfabriquées à partir d'amidon de blé et destinées à contenir des steaks hachés. Il faudra cependant que le consommateur accepte de payer un peu plus cher son steak, car la technique est encore coûteuse.
Plus opérationnelle, l'utilisation du blé par l'industrie cosmétique a depuis longtemps acquis ses galons. La crise de la vache folle, en jetant la suspicion sur les protéines d'origine animale, notamment les collagènes, a accru l'intérêt des industriels pour les produits végétaux.
Les protéines de blé ont des vertus hydratantes et lissantes pour la peau. Elles sont également très efficaces pour les soins réparateurs des cheveux abîmés, souligne la société allemande Dragaco qui opère dans ce domaine.
Mais les vertus de la denrée la plus consommée du monde ne s'arrêtent pas à la cosmétique. Le blé est aussi un puissant abrasif. "Rien ne vaut la farine finement broyée pour décaper, couche par couche, la peinture des avions sans abîmer les pièces fragiles", estime pour sa part Jacques Doumeizel, directeur de la société française Biodécap Industries, qui a développé le procédé.
Cette technique peut également être utilisée pour ôter les graffitis des rames de trains ou les énervants chewing-gum sur la voirie.
Ce qui marche pour les avions est aussi efficace pour la peau: la farine de blé peut être utilisée dans les techniques de micro-peeling. La poudre de blé projetée sur le visage permet de nettoyer en profondeur la couche cornée de la peau "sans aucun risque d'allergie".
Autre débouché possible, la fabrication de détergents écologiques. A partir de son ou de paille, il est possible d'extraire des agents lavants qui peuvent être incorporés dans les lessives où les détergents de vaisselles.

Ghassan KHABER

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc