×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

L'art abstrait marocain s’expose à Paris

Par L'Economiste | Edition N°:2309 Le 30/06/2006 | Partager

. Il le sera pendant une année à travers la collection de la Fondation ONA. 20 artistes y participent avec quarante œuvresLe coup d’envoi de l’exposition de peinture de 20 artistes marocains au Bureau International des Expositions (BIE) à Paris a été donné le 28 juin dernier. Cette exposition a été rendue possible grâce à la Fondation ONA, qui a mis gracieusement à la disposition du BIE son extraordinaire collection de peintures marocaines contemporaines. Intitulée «Figures de l’abstraction au Maroc», l’exposition va durer une année, permettant ainsi à un maximum de personnes, venant de pays et de cultures très divers, de découvrir l’art abstrait marocain. Ce sera aussi l’occasion de le comparer à celui d’autres cultures. «Notre objectif est de montrer la contribution du talent marocain à l’enrichissement de la création artistique de par le monde», souligne Rachid Slimi, président de la Fondation ONA. Cette opération coïncide avec le 75e anniversaire d’existence du BIE, qui réserve cette année une place de choix à la collection de de la Fondation ONA. «Il s’agit d’ailleurs du premier événement que nous organisons cette année pour commémorer cette date d’anniversaire. Nous avons choisi de faire jouer à l’art et à la culture un rôle plus important à travers l’organisation d’expositions de peinture et de concerts», a indiqué Vicente Gonzalez Loscertales, secrétaire général du BIE.L’exposition est composée de quarante œuvres d’artistes marocains renommés, des années 50 à nos jours, acquises par la Fondation ONA. Elles balaient tous les registres de l’abstraction, allant du lyrisme au symbolisme en passant par la géométrie. Les artistes exposants ont majoritairement pu bénéficier de bourses d’études pour intégrer des écoles européennes des Beaux-Arts. Parmi eux, figurent Gharbaoui, Cherkaoui, Melihi,Belkahia, Chebaa. Tous ont fréquenté les temples des arts plastiques à Paris, Rome, Amsterdam, Varsovie, Madrid, Prague ou encore New York. Ils ont plus ou moins été influencés par des peintres avant-gardistes tels que Kandinsky, Picasso, Klée, Ernst ou Bissière. En fait, il est unanimement admis que ces artistes sont les véritables fondateurs de la peinture abstraite marocaine. Et c’est à ce titre que «figures de l’abstraction» rend à ces pionniers un hommage bien mérité. «Ces artistes ont su apprivoiser la technique sans sacrifier la sensibilité et ont su respecter les canons universels de l’esthétique sans renoncer pour autant à leur culture d’origine», fait remarquer le président de la Fondation ONA.


Joli coup pour Rachid Slimi

Présenter les oeuvres d’artistes marocains au Bureau International des Expositions, l’un des plus prestigieux espaces, c’est exposer le Maroc à tout ce que le gotha parisien  compte d’artistes, d’intellectuels et de décideurs ! Joli coup  donc pour Rachid Slimi. Le discret président de la Fondation ONA, directeur des affaires générales et relations internationales du groupe, et proche de Mounir El Majidi, est en effet le maître d’oeuvre de la manifestation “Figure de l’abstraction au Maroc”. L’opération aura d’autant plus d’impact qu’elle coïncide avec le dépôt de la  candidature du Maroc à l’exposition Universelle 2012.  Nadia BELKHAYAT

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc