×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    L'AMAQUE veille sur l'audit

    Par L'Economiste | Edition N°:307 Le 04/12/1997 | Partager

    Créée en juillet 1997, l'AMAQUE (Association Marocaine des Auditeurs Qualité et Environnement) compte aujourd'hui trois mois de vie réelle, exclusion faite de la période des vacances d'été. L'implication des membres dans la semaine qualité, organisée par le Ministère du Commerce, de l'Industrie et de l'Artisanat constitue la première action à leur actif.
    "Notre rôle consiste à donner confiance au système établi par le Ministère dans le domaine de la certification", note M. Bernard Delangle, secrétaire général de l'Association. Les rapports d'audit pour la certification des entreprises sont désormais effectués par des agents qualifiés et indépendants. Ce sont d'ailleurs ces derniers, au nombre de 18, qui constituent l'association. Ils sont des responsables de qualité dans des entreprises privées, des multinationales ou sont des consultants privés. Le souci permanent de l'Association est de veiller sur la qualification de ses membres. Il s'agit d'oeuvrer en vue d'offrir une formation continue pour maintenir le niveau requis. Car la qualification accordée par l'Administration n'a qu'une durée de trois années.
    Par ailleurs, l'Association demeure ouverte à toute collaboration ou action de nature à promouvoir la qualité et l'environnement au pays. La préoccupation majeure reste toutefois l'assurance du respect du code déontologique des auditeurs adhérents.
    Afin de garantir l'indépendance des auditeurs, leur rôle est limité à la préparation d'un rapport sur l'entreprise en question. Ce rapport est transmis au Ministère, qui seul décide de la certification. Autrement dit, l'auditeur ne peut être juge et partie. Il n'est pas autorisé à intervenir en tant que consultant chez l'entreprise qu'il audite pour la certification. Il ne peut également avoir été formé ou exercé auparavant au sein d'une entreprise dont il aura la tâche d'auditer.
    Toutefois, les auditeurs qualifiés peuvent apporter une assistance à la demande des entreprises. Auquel cas, ils déclarent leur intervention pour éviter d'être choisis ultérieurement dans un comité d'audit devant opérer au sein d'une entreprise "client".

    Hicham RAÏQ

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc