×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Société

Lalla Laroussa: Le concept fait mouche

Par L'Economiste | Edition N°:2324 Le 21/07/2006 | Partager

. Moudawana, code de la route… divertissement et bien des messages. Budget: 8 millions de DHEN concurrence, cinq jeunes couples, mariés, mais sans avoir célébré leur union, fête ô combien chère à nos us. Divertissement et apprentissage: moudawana, code de la route, cuisine, tout y passe dans ce jeu où même les belles-mères (mères de l’époux) s’activent. «Lalla Laroussa» est vraisemblablement l’émission de «jeu-réalité» de la saison. Les producteurs avancent, avec extrême prudence, une audience de 47% à l’avant-dernier prime. En revanche, l’émission a fait parler d’elle dans les cafés, les bureaux, les maisons... Dans tous les cas, le concept ne laisse pas indifférent. Quoi de plus fédérateur qu’un mariage au Maroc? «Pour tous les Marocains, le but dans la vie est d’avoir un beau mariage». Coproducteur, Yassine Zizi ne croit pas si bien dire. Selon plusieurs enquêtes récentes, fonder une famille et avoir des enfants est une aspiration première pour une majorité des jeunes d’aujourd’hui.Coproduite par la société Public évènement et la TVM, «Lalla Laroussa» a coûté 8 millions de DH et fait travailler sur le plateau près de 150 personnes pendant deux mois, indique Zizi. Le couple gagnant de Larache, Bouchra et Karim, rafle une cérémonie de mariage, un appartement à Larache d’une valeur de 500.000 DH, et un voyage de noces en Thaïlande ou en Malaisie. La cérémonie, que la production a promis féerique, a eu lieu à Marrakech, au Ali Mahel, un lieu sorti droit des fastes de l’ancien Orient. Elle sera diffusée ce samedi 22 juillet.Après huit mois entre conception et réalisation, l’expérience prend fin. Coproducteur de l’émission, Ramzi explique: «On voulait rigoler et faire rire tout en passant des messages». Par exemple les présentateurs ont testé les connaissances des jeunes couples sur la nouvelle moudawana. «Trois couples sur cinq ont donné l’âge de mariage de la femme à 16 ans» (il est en réalité 18). Autre «anecdote», les belles-mères défendaient le droit à leur fils à se remarier «si jamais la femme ne peut pas avoir d’enfants, si elle ne peut pas cuisiner…». Des clichés qui font rire parce qu’éloignés des réalités économiques d’aujourd’hui.Zizi a trouvé «son bonheur» auprès de candidats qui ont «mieux connu leurs conjoints et belles-mères durant le jeu».M. Kd.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc