×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

L'Algérie veut réduire sa dépendance au pétrole

Par L'Economiste | Edition N°:2383 Le 16/10/2006 | Partager

. Développement de l’agriculture de 6,5% par an depuis 2000Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a souligné la nécessité de développer l’agriculture pour réduire la dépendance de l’Algérie au pétrole, quasi-unique ressource en devises. Bouteflika, qui est intervenu lors d’une séance de travail ministérielle sur l’agriculture, a indiqué que cette activité a progressé de 6,5% par an depuis 2000. Le montant de la production a ainsi atteint 8,8 milliards de dollars fin 2005, a-t-il précisé. «Les résultats enregistrés renforcent notre volonté de réduire sensiblement  notre dépendance des ressources pétrolières», a déclaré le chef de l’Etat, selon un communiqué de la Présidence publié le 13 octobre. «L’Algérie, à moyen terme, est capable de répondre entièrement aux besoins  alimentaires de sa population», a-t-il estimé. L’Algérie importe actuellement une grande partie de ses besoins en céréales, viandes, laitages, sucre, huiles, notamment. Le plan national de développement agricole et rural (PNDAR), lancé en 2000, a permis la création de plus d’un million d’emplois, l’irrigation de 825.000 ha dont 167.000 ha par la technique du goutte à goutte, le développement d’un million d’hectares d’arbres fruitiers et de vignoble (contre 500.000 ha en 1999). La surface agricole utile a été augmentée de 713.000 ha, selon lui. Le président Bouteflika a par ailleurs souligné la nécessité d’un développement durable notamment par la préservation des sols, la recherche de ressources hydrauliques alternatives, le reboisement du pays et la lutte contre la désertification. «L’agriculture économique et protectrice de l’environnement restera une  activité économique fondamentale pour la prochaine décennie, du fait des objectifs de sécurité alimentaire qui lui sont assignés, en plus de son rôle déterminant pour la revitalisation des espaces ruraux et l’harmonie des populations où qu’elles soient», a dit Bouteflika. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc