×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    L'Agence du Nord cherche un nouvel élan

    Par L'Economiste | Edition N°:307 Le 04/12/1997 | Partager

    Un an après sa mise en place, l'Agence du Nord a mis sur les rails bon nombre de projets. Pour la concrétisation de son programme, elle sollicite une enveloppe supplémentaire de 150 millions d'Ecus (1,65 milliard de DH).


    L'Agence du Nord n'a pas chômé depuis sa création. A son premier anniversaire, elle peut s'enorgueillir d'avoir défriché le terrain, identifié les besoins et lancé sur les rails plusieurs projets qui traînaient dans les cartons. Certes, la tâche est lourde et les ressources financières limitées. Mais, en suscitant l'engagement des différents départements ministériels et en favorisant les synergies, M. Hassan Amrani, directeur général de l'Agence du Nord, table aujourd'hui sur un engagement plus franc de la coopération internationale. Des discussions sont prévues ce mois-ci avec les conseillers d'orientation des 15 pays européens et de la Commission européenne. Outre l'enveloppe de 450 millions d'Ecus prévue par le programme MEDA, l'Agence du Nord sollicite une affectation supplémentaire de 150 millions d'Ecus pour mener à bien notamment les 71 projets prioritaires. "Nous avons démontré qu'il existe une volonté ferme de tous les partenaires tout en veillant à l'optimisation des ressources", souligne M. Amrani. Ainsi et avec l'appui de l'Administration, l'Agence a réussi à lever plus de 1,8 milliard de DH au profit des provinces du Nord.

    Parmi les projets-phares, celui de l'électrification de 541 villages en 24 mois "grâce à l'impulsion de l'ONE". La même démarche est actuellement en cours de mise en place avec l'ONEP pour développer les ressources en eau et agrandir le réseau d'adduction d'eau potable. Autre grand chantier: le lancement de la rocade sur la base d'un cofinancement avec les Travaux Publics. D'ores et déjà, deux chantiers ont été lancés avec un apport de l'Agence de l'ordre de 27 millions de DH.
    Parmi les innovations majeures introduites par l'Agence, le montage financier pour la valorisation de zones industrielles. Depuis juillet 1997, l'Agence fait en effet appel à des banques conseils pour piloter l'opération et orienter les investisseurs. "Nous avons transposé la démarche de la privatisation pour mieux orienter l'épargne", précise M. Amrani. Et de citer pour exemple la BMCE chargée du montage financier de la zone industrielle de Berkane d'une superficie de 107 ha. Celle-ci sera dotée d'une plate-forme de distribution destinée à devenir une véritable bourse de fruits & légumes. La BMCE est donc chargée d'identifier les investisseurs pour la mise en valeur du projet.
    La BNDE est, pour sa part, chargée de l'étude de faisabilité de la zone franche commerciale de Fnideq d'une superficie de 15 ha.

    Par ailleurs, l'Agence prévoit de lancer dans les prochains mois, avec le concours du Ministère du Commerce, de l'Industrie et de l'Artisanat, la construction de 80 locaux professionnels en faveur de jeunes promoteurs à Tanger. Le terrain est déjà acquis par la commune et les travaux de construction financés par le Fonds pour l'Emploi des Jeunes. La contribution de l'Agence portera sur l'aménagement et l'équipement des locaux. Un projet similaire actuellement à l'étude à Tétouan sera destiné aux industries légères. En outre, il est prévu la création à Al-Hoceima d'une zone industrielle destinée à l'accueil de près de 70 entreprises tournées vers la valorisation des ressources locales.
    De plus, l'Agence envisage le lancement imminent de travaux de plantation de 100 ha d'arbres fruitiers dans la commune rurale de Meloussa, des opérations de petite et moyenne irrigation dans la commune de Dar Chaoui pour le captage des sources ainsi que la construction de séguias en vue de l'irrigation des terres. A Taza, l'Agence propose la création d'une zone industrielle pour valoriser les produits locaux. A Taounate, le projet de commercialisation de l'eau minérale de Sidi Bouadel est bouclé.
    Enfin, dans le domaine de la pêche figurent au programme l'extension du port de M'Diq et l'aménagement de village de pêche. Par ailleurs, une école de formation profession-nelle sera lancée dans les prochaines semaines à Larache avec le soutien du Ministère des Pêches et la coopération japonaise.

    Mouna KABLY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc