×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Lafarge reste confiant pour 2008

    Par L'Economiste | Edition N°:2833 Le 04/08/2008 | Partager

    . Le groupe table sur un redressement grâce aux pays émergentsLA stratégie de développement du groupe français de matériaux de construction Lafarge dans les «pays émergents porte ses fruits» s’est félicité, vendredi dernier, son PDG Bruno Lafont. «Les marchés émergents affichent une hausse de 53% de leur résultat d’exploitation courant au premier semestre et représentent 67% des résultats de l’activité ciment», a souligné Lafont au lendemain de la publication d’un bénéfice net de 911 millions d’euros, en baisse de 2,5% par rapport aux six premiers mois de 2007. Malgré cet optimisme, l’action Lafarge a été lourdement sanctionnée, le marché s’inquiétant pour l’évolution des résultats du groupe au deuxième semestre, malgré une progression, non chiffrée par ses dirigeants, de ses résultats anticipée pour l’ensemble de l’année 2008. En 2007, Lafarge avait réalisé un bénéfice net de 1,9 milliard d’euros. Natixis notamment juge que les résultats du 1er semestre sont «inférieurs aux attentes en raison de résultats moins bons aux Etats-Unis et de quelques accidents techniques de parcours», dans la mise en œuvre de nouvelles usines au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Malgré ces retards «de quelques mois», Lafarge prévoit une capacité additionnelle de production de 60 millions de tonnes de ciment entre 2008 et 2010. Le PDG de Lafarge a confirmé que le programme de réductions de coûts de 340 millions d’euros sera dépassé pour atteindre plus de 400 millions fin 2008. Pour rassurer les investisseurs, Lafont a d’ailleurs annoncé qu’un nouveau plan de «réduction des coûts» sera annoncé à la fin de l’année. Ce qui permettrait au groupe de confirmer son objectif pour 2010 de résultat net par action supérieur à 15 euros, de rentabilité des capitaux engagés après impôts à 12% et de cash-flow libre supérieur à 3,5 milliards d’euros.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc