×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Lafarge résiste à l’érosion des marges

Par L'Economiste | Edition N°:2385 Le 18/10/2006 | Partager

. Le résultat d’exploitation en hausse de 13%. Le cimentier surfe sur un marché immobilier en forte expansionAméliorer la qualité du service, renforcer l’assistance technico-commerciale, développer les qualités d’usage des produits attendus par les clients et installer un atelier de palettisation à Bouskoura. Tels sont les nouveaux axes de développement pour consolider la position et faire face à la pression concurrentielle qui ne cesse de s’exacerber. L’importance des investissements engagés et de la contraction des marges dues, à la fois, au renchérissement des matières premières et à la tension sur les prix de vente, expliquent l’évolution du résultat courant d’exploitation en hausse de 13% à 614 millions de dirhams, malgré la hausse des volumes vendus. Celle-ci a été de 14,6%, supérieure à celle du marché qui tourne aux alentours de 10,6%. Cette croissance des volumes tient principalement à une forte augmentation de la demande sur les marchés traditionnels. La croissance dans la région de Tanger et Tétouan est tirée par les grands chantiers en cours (Tanger-Med, autoroutes, tronçons ferroviaires, rocade méditerranéenne). Même constat dans la région de Casablanca. Par ailleurs, l’amélioration des ventes résulte aussi de la poursuite du redéploiement sur un marché porteur, celui de Marrakech où la croissance est tirée par les programmes touristiques et l’habitat.Le démarrage opérationnel des nouvelles installations réalisées à Bouskoura (extension de la deuxième ligne) a permis de répondre à cette forte croissance du marché avec une capacité additionnelle d’environ 900.000 tonnes.Le résultat courant s’explique aussi, d’une part, par l’augmentation du prix moyen de vente de ciment gris, suite à l’augmentation intervenue en novembre dernier pour compenser la hausse du coût des intrants et les économies d’énergie réalisées grâce au parc éolien. D’autre part, par certains éléments qui ont atténués son ampleur : d’abord,l’impact du transfert du clinker entre les usines et les achats externes de clinker pour faire face aux besoins suscités par l’arrêt pendant trois mois de la deuxième ligne de Bouskoura. Ensuite, la hausse du coût de maintenance des usines et l’évolution défavorable du coût des intrants (coût d’électricité, prix de la coke en hausse de 6,2 dollars la tonne) et une évolution moins favorable du mix combustibles (pneus déchiquetés).Le résultat net consolidé de Lafarge Maroc a atteint 428 millions de dirhams, en hausse de 20% par rapport à la même période de l’année dernière. Les ventes continuent de progresser (13,3% à fin septembre). Le management de l’entreprise table sur une croissance proche de 10% à la fin de l’année. Les résultats devraient être, selon Jean-Marie Schmitz, directeur général de Lafarge Maroc, «en progression par rapport à ceux de 2005, malgré le très fort renchérissement des approvisionnements en coke du pétrole au cours du second semestre». Said MABROUK

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc