×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Courrier des Lecteurs

    Lafarge Ciments: Un résultat net en progression malgré la stagnation du secteur

    Par L'Economiste | Edition N°:506 Le 13/05/1999 | Partager

    · Une stratégie de désendettement "astucieuse"
    · Un programme d'investissement ambitieux


    "IL y a trois ans, nous nous étions fixé un objectif qui était d'augmenter les résultats de 100 millions de DH en 1998. Cet objectif a été dépassé", a annoncé hier M. Mohammed Kabbaj, président du groupe Lafarge Maroc lors de la présentation officielle des résultats 1998 de Lafarge Ciments. Cette rencontre a également été l'occasion de faire le bilan des trois années d'existence du groupe, tel qu'il est aujourd'hui, détenu à parts égales entre la SNI et Lafarge International.
    Le plan Cap 98 fixait les niveaux d'économies a atteindre avec à la clef une mise à niveau technique et une gestion optimale des coûts. L'exercice 1998 a été caractérisé par une stagnation, voire une légère régression de la consommation de ciment qui a touché tout le secteur (7.152 tonnes contre 7.184 en 1997). Les ventes en tonnes de Lafarge Ciments en 1998 ont de ce fait reculé de 0,8%. Le chiffre d'affaires à fin décembre s'est élevé à 1,939 milliard de DH contre 1,940 milliard un an auparavant. Le résultat net, lui, a progressé de 22% entre 1997 et 1998, s'établissant à 309 millions de DH contre 254 millions. A l'origine, une réduction significative des frais financiers et une politique de désendettement astucieuse. "Nous avons procédé au repérage des dettes chères et les avons renégociées auprès de nos banquiers", explique M. Jean-Marie Schmitz, administrateur-délégué. Cette stratégie, conjuguée à un jonglage entre les dettes moyen et court termes, a permis de réduire à 90 millions de DH les dettes, découverts bancaires compris. "L'endettement net dépassait le milliard de DH il y a trois ans", a précisé M. Taïeb Mikou, directeur administratif et financier. Par ailleurs, Lafarge Ciments a souscrit à la contribution libératoire à hauteur de 10 millions de DH.
    En trois ans, Lafarge Maroc a réalisé un total investissements de 678 millions de DH, dont 537 millions d'investissements industriels. Pour le seul exercice 1998, l'enveloppe a porté sur 279 millions de DH. Elle a servi à financer notamment l'acquisition de Gravel Maroc (avril 1998) et l'installation d'un atelier de broyage et d'ensachage de ciment blanc qui sera opérationnel en septembre 1999. Parmi les faits marquants de l'année, notons l'accord signé avec Jorf Lasfar pour le recyclage des cendres volantes résultant de la combustion de charbon dans les centrales électriques.
    Pour l'année 1999, l'équipe dirigeante de Lafarge Ciments est très optimiste, malgré un premier trimestre en deçà des attentes, elle estime à près de 4% la progression de la consommation de ciments. Un programme d'investissement de 200 millions de DH est prévu pour l'exercice en cours.

    Hanaa FOULANI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc