×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

La volatilité des prix menace la sécurité alimentaire

Par L'Economiste | Edition N°:3371 Le 28/09/2010 | Partager

. La spéculation responsable de la hausse des cours. Récolte de céréales 2010, 3e jamais enregistréeLa volatilité des prix des aliments représente une menace pour la sécurité alimentaire. L’organisation de l’ONU pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a estimé vendredi dernier que si la situation ne doit pas entraîner d'excès d'optimisme, rien ne laisse présager une crise alimentaire mondiale imminente. Réunis à Rome, les experts de plus de 75 gouvernements d’Etats membres de la FAO ont discuté de la récente envolée des prix alimentaires, après la décision de la Russie d'interdire ses exportations de céréales à la suite de la sécheresse et des incendies qui ont détruit cet été un quart de ses récoltes. Bien que le prix du blé sur le marché international ait bondi de 60 à 80% depuis juillet et le prix du maïs d'environ 40%, il n'y a «pas d'indication d'une crise alimentaire mondiale proche«, a expliqué l'organisation dans un communiqué.La FAO a ainsi indiqué que la production mondiale de céréales de 2010 devrait s'établir à 2.239 millions de tonnes, seulement 1% de moins que le résultat de l'an dernier et la troisième récolte de tous les temps. Les experts ont indiqué que «l'offre et la demande mondiales de céréales semblent se maintenir en équilibre«, ajoutant que «les pertes de récolte inattendues dans certains grands pays exportateurs, suivies d'interventions de politique nationale et de comportements spéculatifs, plutôt que les indicateurs de base du marché mondial, ont été les facteurs décisifs à l'origine de la récente escalade des cours mondiaux et de la volatilité des prix«.Les participants, notamment les groupes intergouvernementaux sur les céréales et le riz (IGG), ont recommandé d'explorer «de nouveaux mécanismes pour améliorer la transparence et la gestion des risques associés aux nouvelles causes de volatilité des marchés«, comme l'absence d'information ou des mouvements d'achats de panique.D'après le rapport, la facture d'importations céréalières des 77 pays les plus pauvres du monde - les pays à faible revenu et à déficit vivrier (PFRDV) - devrait augmenter de 8 pour cent par rapport à 2009-10 pour s'établir à 27,8 milliards de dollars, compte tenu de la hausse des cours internationaux. Les pays importateurs dont l'aliment de base est le blé seront les plus touchés par la hausse des prix du blé. Il s'agit notamment des pays du Proche-Orient et d'Afrique du Nord (en particulier l'Egypte, le plus gros importateur mondial), d'Asie centrale et de l'Amérique du Sud. L'impact de la hausse des prix sur les consommateurs dépendra des politiques en vigueur dans chaque pays. A ce titre, le gouvernement marocain a mis en place un système de restitution au profit des importateurs du blé tendre qui consiste à prendre en charge le surcoût engendré par la flambée des cours mondiaux par rapport au prix ciblé par le gouvernement qui s'établit à 260 DH/quintal entrée moulin. Un seuil qui devrait permettre de maintenir le prix du pain inchangé. Dans le cas inverse, la différence devrait être restituée à l'Etat. La quantité globale concernée par cette opération est de 12 millions de quintaux. Une mesure qui accompagne la décision annoncée de la suspension des droits de douane sur l'importation du blé tendre à partir du 16 septembre.F. Z. A.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc