×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

La Tunisie séduit les investisseurs du Golfe

Par L'Economiste | Edition N°:2344 Le 22/08/2006 | Partager

. En quatre ans, les placements ont plus que doublé . Services, télécommunications et tourisme sont des secteurs cibles Partenaire traditionnel de l’UE, la Tunisie suscite un intérêt sans précédent des investisseurs des monarchies du Golfe. Les placements ont plus que doublé ces dernières années dans les services, le tourisme et les banques. Les flux des capitaux arabes du Golfe vers la Tunisie ont dépassé 120 millions d’euros en 2005 contre 58,2 millions d’euros en 2001. C’est une croissance de 53%, selon l’Agence tunisienne de promotion de l’investissement (Fipa). En 2005, la participation arabe dans l’investissement direct étranger (IDE) a même largement dépassé celle de l’UE dans le secteur des services. En chiffres, cela donne 86,4 millions d’euros contre 52,5 millions d’euros pour les investissements européens. L’UE est le principal partenaire économique et financier de la Tunisie. Un accord de partenariat prévoit l’établissement d’une zone de libre-échange intégral en 2008. Globalement, les capitaux arabes représentent plus de 20% du total des investissements en 2006 dans le plus petit des pays du Maghreb. «Les pays du Golfe disposent de gros capitaux. Les grands groupes font des placements dans des secteurs porteurs comme les télécommunications, les services financiers et le tourisme», souligne la directrice générale de la Fipa, Mongia Khmiri. Avec 86 millions d’euros, les services accaparent l’essentiel des investissements du Golfe, soit 70% du total. Ils devancent l’industrie manufacturière (27 millions d’euros), le tourisme (4,2 millions d’euros) et l’énergie (2,4 millions d’euros). La preuve, la prise de participation historique cette année dans la privatisation de l’opérateur Tunisie Telecom. L’Emirati TeCom-DIG, filiale du groupe Dubai-holding, a remporté la plus importante opération de privatisation en présentant une offre de 1,83 milliard d’euros. Elle est supérieure à celle de son unique concurrent, le français Vivendi Universal. Le MBI International holding, un groupe koweïtien, vient de créer un fonds d’investissement touristique d’un capital de 39 millions d’euros. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc