×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Société

La TFZ mise sur le marché automobile

Par L'Economiste | Edition N°:2832 Le 01/08/2008 | Partager

. 223 entreprises installées à fin juillet 2008. La quasi-totalité des lots occupée ou réservéeLA cadence est au pas de course à la Zone franche aéroportuaire de Tanger (TFZ). Ce sont pas moins de 223 entreprises de divers secteurs qui sont actuellement en activité dans la zone. Elles représentent un montant total d’investissements de 2,4 milliards de DH avec à la clé 24.663 emplois, selon des chiffres de la TFZ. 156 projets, en construction, devront pour leur part s’installer dans les mois qui viennent. Ils portent sur un volume d’investissements de près de 2,6 milliards de DH et devraient générer 17.000 postes d’emploi. A terme, ce sont 379 entreprises que la Zone devrait accueillir. Le volume global d’investissements attendu est de près de 5 milliards de DH et 42.400 emplois sont prévus. Sans surprise, c’est le secteur des IMME (industries mécaniques, métallurgiques et électroniques) qui se taille la part du lion. Il totalise 27% de l’ensemble des usines installées ou en cours de construction à la TFZ mais plus de 51% du total des investissements avec 2,5 milliards de DH. Au niveau de l’emploi, il occupe la première place avec 14.600 postes à pourvoir. Le secteur des services suit de près avec 145 entreprises et un peu plus d’un milliard de DH d’investissements. Le «succès» de la formule est dû, selon Jamal Mikou, directeur, à l’offre de la TFZ en terrains (depuis peu offerts uniquement en location) mais aussi à toute une panoplie de services pour accompagner l’investisseur. Mais il y a lieu aussi de relever l’effet de l’alliance Renault-Nissan. Depuis l’annonce du projet de l’installation de l’alliance à Melloussa, c’est un ballet d’équipementiers qui visite la région et surtout les installations de la TFZ en vue d’une future installation. A noter que le lancement prochain de l’activité de Renault-Nissan est de nature à favoriser une cadence plus rapide des installations, notamment des entreprises dont l’activité est liée au secteur de l’automobile.Selon Mikou, la quasi-totalité des terrains de la zone est actuellement réservée. D’où la nécessité de rechercher des possibilités d’extension. «Actuellement nous balayons plusieurs pistes, des terrains ont déjà été identifiés, leur étude est en cours», annonce-t-il.


L’extension à l’étude

L’ALLIANCE Renault-Nissan envisage de lancer dans les prochaines semaines des appels d’offres pour la sélection de ses fournisseurs.Ceci se traduirait par l’arrivée massive des sous-traitants et équipementiers. En effet, selon des sources proches du constructeur, dès la sélection des partenaires, ce sera la course pour l’installation à côté de Melloussa.De notre correspondant, Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc