×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

La retraite à 65 ans: Jettou clairement pour

Par L'Economiste | Edition N°:2299 Le 16/06/2006 | Partager

. Ce scénario doit être validé par la commission nationale où siègent les partenaires sociaux. Quel impact pour l’emploi?Dans le débat sur la réforme de retraites, les marges de manœuvre sont restreintes. Quant aux options qui se profilent, il y en a habituellement trois: jouer sur les taux de cotisations, sur le niveau des prestations ou sur l’âge de sortie à la retraite. Il semblerait que Driss Jettou ait une préférence pour cette dernière voie. A l’issue d’une réunion cette semaine de la commission technique chargée du dossier, les orientations ont été claires dans ce sens. Selon nos informations, le Premier ministre a défendu l’option de retarder l’âge de départ à la retraite à 65 ans contre 60 ans actuellement. Il a d’ailleurs demandé des études d’impact d’une telle mesure sur les caisses de retraite ainsi que sur le marché du travail. Cette disposition pourrait être rapidement appliquée indépendamment de la réforme globale du système de retraite. Contacté par L’Economiste, Mustapha Mansouri, ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, abonde dans le même sens. Pour lui, il est impératif d’agir sur les paramètres dans le court terme. Mais il faudra que tout cela soit validé avec les partenaires sociaux.Les arguments pour la retraite à 65 ans ne manquent pas. A commencer par l’amélioration de l’espérance de vie. La commission technique a jusque-là élaboré trois scénarios. Le premier vise à agir sur les paramètres en retardant l’âge du départ à la retraite à 65 ans ou en optant pour une durée de travail, quel que soit l’âge (35 ou 40 ans). Le deuxième scénario consiste en une fusion entre les caisses de retraite des secteurs privé (CNSS et CIMR) et public (CMR et RCAR). Cette formule permettra plus de solidarité et une standardisation des méthodes de calculs. Quant au dernier scénario, il prévoit une seule caisse nationale pour tout le monde.Les adversaires de la retraite à 65 ans mettent en avant l’impact négatif sur l’emploi, notamment eu égard au taux de chômage des jeunes qui devient de plus en plus alarmant. Une chose est sûre, tout le monde étudie les scénarios proposés. Les choses doivent s’accélérer dans les jours à venir. Le Premier ministre doit convoquer la commission nationale, composée des partenaires sociaux pour la semaine prochaine. C’est donc cette commission nationale qui devra trancher. Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc