×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique Internationale

La "petite Picasso" fait fureur

Par L'Economiste | Edition N°:624 Le 26/10/1999 | Partager

· Elle vend sa première toile à l'âge de huit ans pour 700 Dollars

Les toiles d'Alexandra Nechita se vendent dans le monde entier à plus de 100.000 Dollars pièce. Elle n'en a cure. Du haut de ses 14 ans, celle qu'on surnomme la «petite Picasso» affirme qu'elle est juste heureuse, un pinceau à la main. Enfant prodige de la peinture pour certains, pur produit marketing pour d'autres, Alexandra Nechita peint ses émotions. «Je suis heureuse et ma peinture reflète cela: c'est une peinture très enjouée, très expressive, comme un journal de mes émotions», confie-t-elle. Née le 27 août 1985, Alexandra n'a qu'un an et demi lorsque ses parents fuient la Roumanie communiste et s'installent en Californie.
«A l'âge de deux ans, j'ai commencé comme tous les enfants à remplir des livres de coloriage», raconte-t-elle. Elle y met tant d'acharnement que sa mère, inquiète, lui retire les crayons de couleur. Alexandra découpe alors des papiers de couleur et fait des collages. A quatre ans, elle s'essaie à la gouache et à l'aquarelle. A six ans, elle passe à l'huile et à l'acrylique. A l'école, ses camarades se moquent d'elle parce qu'elle est incapable de dessiner un visage correctement.
Mais ses compositions abstracto-cubistes font fureur et lors de sa première exposition, en 1994 (elle a huit ans), elle vendra sa première toile 700 Dollars. Un agent la découvre. Les médias américains aussi et la surnomment d'emblée la «petite Picasso».
Au-delà de l'apparente innocence des compositions, de la maîtrise évidente dans l'exécution, les représentations vibrantes d'Alexandra Nechita cachent souvent des figures étonnamment complexes, qui rappellent Picasso, Matisse, Miro et Chagall.
Auteur d'un livre en préparation sur la jeune adolescente, Kenworth Moffett, ancien conservateur du Musée des Beaux-Arts de Boston, n'hésite pas à la qualifier de «pur prodige».
«Son oeuvre a été influencée par les maîtres modernes, et particulièrement par Picasso», admet M. Moffett. «Mais la précocité de Picasso était celle d'un peintre réaliste. Son enfance manquait de naïveté et d'enfantillages. Lui-même déclara plus tard que cela lui avait pris toute une vie pour apprendre à peindre comme un enfant. Alexandra, elle, a commencé là où Picasso a fini».

Nadia BELKHAYAT (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc