×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

La police continue de séduire

Par L'Economiste | Edition N°:2022 Le 17/05/2005 | Partager

. L’effort de modernisation poursuivi. 68.661plaintes déposées depuis le début de l’année Plutôt sobre, la cérémonie pour le 49e anniversaire de la Sûreté nationale à Casablanca. La manifestation a eu lieu hier 16 mai à la préfecture de police du Grand Casablanca. Pour cette année, Ahmed Abrouk, le préfet de police du Grand Casablanca, n’a pas opté pour le défilé traditionnel. Pragmatique à souhait, Abrouk estime que c’est sur le terrain et non pas lors d’un défilé que les forces de l’ordre font preuve de leur efficacité. Plusieurs personnalités de la métropole dont Mhamed Dreyef, wali du Grand Casablanca et Fouzia Imensar, gouverneur de l’Agence urbaine, ont assisté au discours du préfet de police qui a été suivi de la cérémonie des décorations. Ils ont été reçus par les différents corps de la Sûreté nationale. Groupes urbains de sécurité «GUS», CMI, et «policières» étaient présents. «L’administration de la Sûreté nationale est l’une des institutions qui symbolisent la construction du Maroc moderne», indique un responsable qui assistait à la cérémonie. En effet, depuis sa création en 1956, cette institution a la grande et la lourde mission de préserver l’ordre, la sûreté des personnes et des biens ainsi que de défendre les institutions sacrées du pays. Une mission qui a été rudement mise à l’épreuve il y a tout juste deux ans lors des attaques kamikazes qui avaient alors ciblé la métropole. Confrontée donc à de nouveaux types de menaces matérialisées par le terrorisme, la Sûreté nationale a œuvré pour la modernisation de son administration et la mise à niveau de ses compétences, indique Abrouk. Le tout, poursuit-il, dans l’objectif de faire face au développement et à la mondialisation de la criminalité. Le Préfet de police du Grand Casablanca a également évoqué dans son discours la création des fameux «GUS». Le patron de la police casablancaise indique que 117 postes de police viennent d’être créés dans la métropole. «Bientôt opérationnels, ces nouveaux postes ont surtout été construits dans les quartiers périphériques pour assurer une certaine proximité aux citoyens», soutient-il. La wilaya de Casablanca a reçu, depuis le début de l’année, 68.661 plaintes dont 62.725 déjà instruites et 68.918 personnes traduites devant la Justice. A ce jour, 7.182 personnes sont recherchées pour crime ou contravention. Concernant la sécurité routière, le préfet de police souligne que «le rôle préventif des agents de circulation a contribué à la diminution des accidents de la circulation». Ainsi, près de 49.000 contraventions ont été recensées à l’intérieur du périmètre urbain de Casablanca. Les agents de police ont dressé près de 83.000 procès-verbaux qui ont été déférés devant le tribunal compètent. Les véhicules transférés à la fourrière sont au nombre de 5.234. Naoufal BELGHAZI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc