×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

La Palestine crée un poste de Premier ministre

Par L'Economiste | Edition N°:1479 Le 19/03/2003 | Partager

. Le Parlement a adopté cette création hier suite à un compromis avec Arafat Le Parlement palestinien (CLP) a adopté hier mardi à Ramallah la loi portant création d'un poste de Premier ministre après être parvenu à un compromis avec Yasser Arafat sur les amendements que souhaitait celui-ci concernant les pouvoirs du futur chef de gouvernement. La loi a été votée par 69 voix pour, une contre et une abstention, selon un correspondant de l'AFP sur place. Le Conseil législatif (CLP, parlement) palestinien avait annoncé lundi dernier le report à mardi de ses débats, après avoir repoussé les tentatives des partisans de Arafat de faire voter les amendements voulus par ce dernier pour préserver au maximum ses prérogatives. Les amendements voulus par Arafat lui auraient notamment donné le pouvoir de nommer et destituer les ministres. En vertu du compromis conclu mardi, un mémorandum indiquant que la composition du gouvernement sera soumise à Arafat avant de l'être au Parlement a été attaché à la loi votée par le CLP, selon des responsables palestiniens. Le mémorandum ne fait techniquement pas partie de la loi, mais a néanmoins valeur juridique, a-t-on indiqué de même source. Mais ce mémorandum, qui entretient une certaine confusion, ne précise pas si Arafat aura le droit de nommer ou de limoger des ministres. Le député Kaddoura Fares, du Fatah, mouvement de Arafat, qui s'opposait aux amendements souhaités par son chef, s'est félicité du résultat du vote du CLP. «Ce vote consacre le début d'un nouveau système politique démocratique qui permettra la séparation des pouvoirs», a-t-il déclaré. «Nous savons (maintenant) que les pouvoirs dévolus au Premier ministre lui permettront de former un gouvernement sans intervention (extérieure)», a-t-il ajouté. Le mémorandum attaché à la loi n'aura pas, selon lui, d'«effet direct» sur la formation d'un cabinet. Tayyeb Abdelrahim, secrétaire général de la présidence palestinienne, a remercié au nom de Arafat les députés palestiniens à l'issue du vote du CLP, les enjoignant à se mettre au travail pour mettre un terme au sanglant conflit avec Israël. «Nous attendons maintenant des parties impliquées dans le processus de paix qu'elles se mettent au travail pour aller de l'avant et mettre un terme à l'occupation et à l'agression israélienne contre le peuple palestinien», a-t-il déclaré. Arafat pourrait procéder plus tard dans la journée à la nomination de Mahmoud Abbas (Abou Mazen) au poste de Premier ministre, selon des sources officielles palestiniennes. Arafat avait recommandé aux instances dirigeantes palestiniennes Mahmoud Abbas pour ce poste, mais celui-ci avait réservé sa réponse, dans l'attente de voir préciser ses prérogatives. (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc