×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique Internationale

    La mode pour Ramadan : Le "beldi" pratique

    Par L'Economiste | Edition N°:58 Le 17/12/1992 | Partager

    Ramadan est pour bientôt. Il faudra préparer gâteaux, harira et bien-sûr de belles tenues pour recevoir, rendre visite.

    Cette année, le "beldi" affiche de nouvelles formes, de nouvelles matières et de nouvelles couleurs. C'est surtout la sobriété qui prime.

    Organisé le 12 Décembre dernier, par trois jeunes femmes, Mmes Assya, Meryem et Latifa Abbadi, le défilé de vêtements traditionnels avait pour but "de présenter une nouvelle collection qui tente le mélange du traditionnel et du moderne", explique une des organisatrices.

    Par cette collection "notre objectif est surtout de rendre le beldi facile et pratique à porter, ainsi que d'utiliser des matières confortables pour l'hiver", ajoute-t-elle.

    Chaque modèle, 34 au total, porte un nom évocateur de "Diva", "Eté Indien", "Touareg", "Nuit de Velours", ou encore "Ramadan", "Chahrazade" ou "Badre El Boudour". Le tout sur fond de musique orientale et du célèbre "Boléro de Ravel".

    Les points forts de cette collection sont les djellabas en flanelle, rénovées de body et de caleçons. Des djellabas aux caftans en flanelle, en passant par de confortables capes ou boléros en velours, voici comment apprivoiser les assauts de l'hiver.

    Question longueur, les djellabas se portent cette année jusqu'à la cheville.

    Pour les matières, les créatrices donnent la priorité à la soie lavée, la mousseline de soie, le velours, la laine, le lin et la flanelle. Toutes les soies ainsi que les laines sont peintes à la main par les créatrices.

    Pour les amateurs du genre, le motif "panthère" envahit le beldi. Les écharpes en soie ou en "tlija" deviennent l'accessoire indispensable de toutes les tenues.

    Le grand absent de la collection est le célèbre "squalli". "Le caftan étant par essence élégant, nous n'avons pas voulu trop le charger et c'est pour cela que nous avons opté pour les fils de soie sobres et discrets".

    Le "must" du défilé, le "tableau" rêverie de Chahrazade", entourée de "Badre El Boudour" et "Kamar Ezzaman" présentant des tuniques en flanelle, ceinturées par une écharpe en soie et se portant sur des pantalons "fuseaux". Le tout rehaussé de toques brodées.

    "Chahrazade", de son côté, défile dans un caftan de velours bardeau orné de "pierreries et de fils d'or" d'inspiration égyptienne et affiche une toque impériale de la même couleur.

    Un véritable régal... des yeux.

    M.O.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc