×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

La MAMDA/MCMA devient «Groupe des assurances mutuelles»

Par L'Economiste | Edition N°:208 Le 14/12/1995 | Partager

Très peu développé, le système mutualiste existe depuis 1920. Il progresse lentement, mais sûrement, et dans une discrétion totale.Les résultats du groupe MAMDA/MCMA l'attestent. Cependant, le groupe se sent menacé par le projet de loi portant code des assurances.


Le groupe MAMDA (Mutuelle Agricole Marocaine D'Assurances) /MCMA (Mutuelle Centrale Marocaine d'Assurances) devient "Groupement des Assurances Mutuelles". Dans un secteur en pleine restructuration, le groupe peut se vanter d'avoir réussi. Sa progression rapide et régulière ainsi que sa position sur le marché de l'assurance en font un cas d'école. Cependant, cette position risque d'être remise en question par le projet de loi portant code des assurances. Les représentants du groupe estiment que celui-ci "réserve une place très étroite aux sociétés d'assurances mutuelles en les cloisonnant dans un cadre d'action très restreint. De plus, elles ne disposent pas des mêmes moyens que ceux donnés aux sociétés anonymes".
Le chiffre d'affaires du groupe s'élève à 260 millions de DH pour l'année 1994, soit une progression de 2,5% pour la MCMA et de 16,69% pour la MAMDA. 70% de ce CA est réalisé en direct et 30% à travers des intermédiaires.

Actuellement, le groupe MAMDA/MCMA compte près de 60.000 sociétaires. Entre 1967 et 1994, la progression des deux mutuelles est très importante. Pour ce qui concerne la MAMDA, durant cette période, les émissions ont été multipliées par 36 pour atteindre près de 132 millions de DH, les fonds propres par 86 pour arriver à un chiffre de près de 51 millions de DH, les immobilisations par 236 pour parvenir à un peu moins de 654 millions DH, les réserves techniques par 154 pour atteindre près de 708 millions.
En terme de progression sur la même période, les résultats sont similaires chez la MCMA. Les émissions ont été multipliées par 75 pour passer à 127 millions DH, les fonds propres par 75 pour parvenir à plus de 103 millions, les immobilisations par 116 pour arriver à 851 millions et les réserves techniques par 141 pour atteindre près d'un milliard de DH.
Les excédents de recettes sont affectés pour moitié en réserves statutaires et pour le reste répartis entre les sociétaires au prorata des cotisations. "Les tarifs pratiqués sont inférieurs de 20 à 40% de ceux pratiqués par les compagnies commerciales", expliquent les représentants du groupe.

Assurance mortalité du bétail


Les domaines d'activités du groupe sont très étendus. Outre les couvertures classiques (maladie, automobile...), la MAMDA couvre d'autres risques. Ainsi, elle met en place des assurances grêle, serre, ou mortalité du bétail.
A côté des garanties accordées dans les secteurs de l'industrie et du commerce, la MCMA a mis en place deux groupements professionnels d'assurances à destination des enseignants d'une part, et des transporteurs d'autre part. Il s'agit de la Mutuelle d'Assurances des Enseignants du Maroc (MAEM) et la Mutuelle d'Assurances des Transporteurs du Maroc (MATRAM). La MCMA dispose également d'un groupement Vie.
Par ailleurs, selon une étude de Créargie, la MAMDA détient 70% du portefeuille global de l'assurance agricole. De plus, pour la campagne 1994-1995, le Ministère de l'Agriculture et de la Mise en Valeur Agricole l'a choisie pour gérer l'assurance sécheresse.
Sur la place financière, l'intervention du groupe se concentre essentiellement sur 3 pôles: la participation dans des institutions de crédit et de financement, dans des sociétés immobilières et dans le domaine de l'agro-industrie. Cette participation s'étend également à certaines branches métallurgiques, minières et de la construction.

Caisse d'Alger


La création de la formule mutualiste date du Dahir du 30 octobre 1920. Celui-ci instituait les Caisses d'Assurances Mutuelles Agricoles. Ces caisses, au nombre de 5, étaient fédérées et réassurées par la Caisse Centrale de Réassurances d'Alger. A l'époque, les sociétaires étaient principalement des colons. C'est à travers un arrêté en date du 5 juillet 1962 que la MAMDA a vu le jour sous sa forme actuelle. Elle avait pour mission de prendre en charge le rôle de Fédération et de Réassurance vis-à-vis des Caisses Régionales. Ce rôle était jusqu'alors assumé par la Caisse d'Alger. Sa création répondait à un double objectif: d'une part marocaniser un secteur d'activité réservé aux colons et d'autre part mettre à la disposition de l'Etat (comme des investisseurs agricoles) et des agriculteurs, un mécanisme de promotion de l'épargne et de protection des investissements.
La MAMDA décide de mettre en place en 1969 une filiale qui prendrait "en charge tous les risques qui ne seraient pas proprement agricoles". C'est ainsi qu'a été créée le 9 avril 1969 la MCMA par suite de la marocanisation de la MCA (Mutuelle Centrale d'Assurances).
En juin 1971, dans le cadre de la loi relative à la concentration des sociétés d'assurances, les sociétaires des Caisses Régionales d'Assurances Mutuelles Agricoles du Maroc se sont directement regroupés au sein de la MAMDA. Ceci après dissolution des Caisses Régionales, qui sont désormais remplacées par des groupements régionaux.

Fatima MOSSADEQ






  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc