×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

La Libye inaugure le plus grand projet gazier du monde

Par L'Economiste | Edition N°:1871 Le 08/10/2004 | Partager

. Coût de l’investissement: 5,6 milliards de dollars. Les réserves prouvées de gaz estimées à près de 1.500 milliards de m3Le projet gazier de l’ouest libyen (West Libyan Gas Project), qui a été inauguré le 7 octobre pour alimenter en gaz naturel l’Italie et l’Europe à travers un gazoduc souterrain, est le plus grand projet gazier dans le monde en 2004, avec des investissements estimés à 5,6 milliards de dollars. Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a invité le Premier ministre italien Silvio Berlusconi à assister à cette cérémonie qui doit avoir lieu à Mellita, dans l’ouest de la Libye. Le projet est détenu par une société commune constituée par les groupes italiens AGIP et ENI et la société d’Etat libyenne d’hydrocarbures NOC.Un gazoduc de 540 km de long doit acheminer quelque 10 milliards de m3 de gaz par an vers le sud de l’Europe, à travers la Sicile. L’opérateur public français Gaz de France est associé au gazoduc. Le gaz exporté sera produit sur deux sites, l’un sur le continent, près de la frontière tunisienne, et l’autre en mer, à partir d’une plate-forme longue de 202 mètres et pesant 22.000 tonnes, installée à 110 kilomètres des côtes libyennes en Méditerranée. La plate-forme a coûté 750 millions de dollars, selon des sources libyennes. Les réserves prouvées de gaz sont estimées à environ 1.500 milliards de m3.Les hydrocarbures sont au coeur de la politique d’ouverture libyenne. Tripoli a pour ambition de doubler sa production actuelle de pétrole pour atteindre 3 millions de barils par jour en 2010. L’investissement nécessaire pour atteindre cet objectif tournerait autour de 30 milliards de dollars d’ici 2010. La Libye voudrait le financer en partie par ses partenaires étrangers. En 2004, la Libye table sur 15 milliards de dollars de recettes d’hydrocabures.Le sous-sol libyen regorge d’un pétrole de très bonne qualité et d’un coût d’exploitation relativement peu élevé, se situant à proximité d’une des plus grandes zones de consommation dans le monde: l’Europe. Un tiers seulement du territoire libyen a été exploré. Tripoli table sur l’exploration en mer dans des zones plus éloignées de la côte et le désert de Marzuq aux confins du Niger et de l’Algérie, pour donner un coup de fouet à sa production.Les réserves prouvées libyennes qui sont d’une trentaine de milliards de barils de pétrole, représentent un demi-siècle de production au rythme actuel de production (1,5 million de barils par jour). Mais les réserves probables seraient trois fois plus importantes, selon Tripoli.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc